Hulot n’est pas une prise de guerre du Président Macron, mais une prise de Terre en lien avec la réalité du sol et physique de la planète.

Week-end Fête de la nature partout en France, oui car la nature est une fête de la Terre, des mers et du soleil. Et des Hommes pour la regarder. Ce que nous disait Jean-Marie Pelt : une fleur est jolie... parce qu’il y a des Hommes pour la regarder !

« Oh oh !, se dit la Hulotte, mais je ne suis plus seule, voilà un joli compagnon, le Hulot, maroquin d’Etat à la main, qui de la Patagonie au Boulevard Saint Germain a eu un beau chemin ».

C’est Macron qui a eu le pompon, car aux autres, il avait dit non. Là, il se dit : action, réaction ! C’est le moment de tenter, de sauver ce qui peut l'être, de réaliser l’improbable. Aboutissement d’une vie d’homme, qui, comme certains d’entre nous, emmerdons le monde en coulisse en disant : « Attention à votre courbe productiviste aux joies des dividendes qui s’assied généreusement sur le support de nos vies et risque de s’écraser au bas du toboggan ».

« Attention devant toi ! », lui dit la Hulotte, perchée sur son épaule. Un mur de dettes « EDF-iennes », de déchets et de foi religieuse dans l’atome t’attendent. Attention à la fiscalité écologique dont le vieux monde ne veut pas, aux copains ministres dont le logiciel n’a pas été totalement modifié. Attention aux vols d’algues vertes, aux pesticides amis de notre santé, à la Fédération des chasseurs qui a salué à coups de chevrotines (voire de balles de sanglier) l’arrivée du nouveau Ministre : « Cette nomination est une provocation pour tous les ruraux. Nous qui sommes les vrais défenseurs, gestionnaires de la nature, nous qui sommes les porte-flammes ! »

Un conseil, lui dit la Hulotte : « Va vite déposer un cierge dans les landes, à Notre Dame ».

Il s'agit peut-être de l'ultime occasion offerte d'entrer dans le lard de nos inconséquences !

Il est, dans ce pays comme dans d’autres, des milliers d'associations, des millions de gens qui rament dans le bon sens et qui n'attendent pas une impulsion venue d'en haut pour se sentir pousser des ailes ! Mais si elle vient de vous c’est encore mieux. Il n'est pas facile de défendre la biodiversité au Soudan, au Yémen ou en Malaisie et pourtant certains le font quand même, souvent au péril de leur vie ! Nous n'en sommes pas là, au pays de Montaigne et de la douceur de vivre, nous devrions pouvoir y arriver. Même les Pékinois s'y mettent, pris à la gorge par des nuées brûlantes de poussières stériles... Monsieur Hulot, nous vous suivons, non loin de la plage de Saint Lunaire, en Solex, pipe au bec, en vélo électrique, en pantalons trop courts, comme les circuits du même nom.

Hulot aime trop les animaux pour ne pas avaler toutes les couleuvres radioactives et aéroportuaires qui se présenteront à lui. Il connaît trop la communication et le greenwashing pour ne pas avoir pris ses précautions. Hulot aime trop les végétaux et les plantes vertes pour en être une.

Ne vous en faites pas, si ça ne marche qu’à moitié, dans le coffre de la voiture diesel de fonction, pour nous sauver, on aura en réserve un Jean-Vincent Placé !

Hulot n’est pas une prise de guerre du Président Macron comme le clament les médias friands de termes guerriers, mais une prise de Terre en lien avec la réalité du sol et physique de la planète. Et même si l’écologie reste un sport de combat, c’est une prise de paix, car faire de l’écologie et faire de l’environnement, c’est toujours agir pour la paix.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.