Joyeux Noël à tous !

Oh ben te voilà toi, la môme Morgan ; et tu vois, je peux dire à la Terre la même chose que ce que je t’ai dit en 1938 dans Quai des brumes : « T’es une belle Terre, T’as d’beaux yeux tu sais, la Terre ».

Mais j’suis pas sûr que tu vas m’répondre : « Embrassez-moi ».

T’aurais le droit de me dire avec mes gros sabots et mes flonflons :

« Si j’ai vraiment de beaux yeux alors arrêtez de me passer dessus et de me prendre pour un paillasson ».

Pendant ce temps le Père Noël est bien embêté, ses rennes maigrissent, hivers plus doux depuis 20 ans, de la pluie qui gèle en tombant sur un sol neigeux, ça les empêche d’accéder au lichen, le lichen pour le renne, c’est comme le Nutella pour un ado, c’est la nourriture de base. Et ça vous fait du renne moins costaud, de plus petite taille ...

Alors pour tirer le traineau... Vous imaginez si on est obligé d’avancer à 5 à l’heure. En plus, ils bouffent du cadmium, du mercure, des pcb, de la dioxine ! Comment ça ?! En Arctique, ça vous tombe du ciel grâce aux retombées atmosphériques de notre belle civilisation avancée. Extraction minière, pétrolière, forestière dans le grand nord, le sol avale tout ça / et le foie, les reins des rennes avec. Joyeux Noël !

D’un côté, je trimballe des cadeaux mais qui sont en partie responsable de dépérissement de mes rennes ... Y a pas de doute ce système est aussi pourri qu’il est verrouillé. Je fais quoi maintenant ? Je prends un traîneau électrique ?... Je vais trimballer plus de batteries que de cadeaux. Et en plus, ils vont me faire le coup de la circulation alternée. Ah quand le moteur solaire sur mon traîneau... ?

Pour ce qui est des aléas climatiques, pas de souci : on refile le bébé aux banques et assurances, aux Goldman Sachs et les autres, qui ont déjà flairé le bon filon, et qui nous camoufleront tout ça vite fait dans des produits à risque qui s'écouleront comme des petits pains sur les marchés financiers. Et le grand emprunt sur la nature ? Dirent les rennes. C'est pas nous qui le rembourserons, s’excusa le Père Noël.

Tiens, ce soir, je vais saupoudrer ces deux phrases là dans les cheminées qui polluent autant qu’un diesel :

« Va prendre tes leçons dans la nature » nous disait Léonard de Vinci.

Et puis celle de Christian Bobin « Je ne laisserai personne éteindre en moi la petite lampe rouge de la confiance ».

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.