Il ne nie pas complètement le réchauffement climatique votre ancien président, mais il a dit « Avant tout, le problème, c’est la démographie ».

Des Éthiopiens attendent de la nourriture devant un centre d'aide
Des Éthiopiens attendent de la nourriture devant un centre d'aide © Getty / Eric Lafforgue/Art in All of Us

Il ne nie pas complètement le réchauffement climatique votre ancien président, mais il a dit « Avant tout, le problème c’est la démographie ». Je sais ; ça divise les écologistes depuis 1960.

Je m’appelle Soninka, je parle comme si je savais lire, écrire, compter, comme si j’étais instruite. Je n’ai jamais été à l’école ; dans cette zone du Sahara qui fleurissait il y a 10 000 ans et qui s’est aridifiée petit à petit, l’école est à 80 kms et le puits à 3 kms. Quand il y a de l’eau.

C’est quand un vrai demain ?

Ici, beaucoup d’enfants naissent pour mourir.

Vous êtes d’un pays qui a la chance de s’engueuler sur la place de la voiture en ville, sur la qualité de l’air, de l’eau que vous souillez car vous en avez plein.

Nous, l’eau de la Seine, ou celle qui sort de votre usine à boues rouges, on la boirait. On n’a pas de latrines, pas d’électricité, pas de livre, pas de crayon, pas de développement - clé de la dénatalité.

Une femme pose un linge à sécher sur la "People Beach" le long du lac Kivu à Goma (République démocratique du Congo).
Une femme pose un linge à sécher sur la "People Beach" le long du lac Kivu à Goma (République démocratique du Congo). © Getty / Thierry Falise
Une signalétique en français, « Protégeons-nous du choléra » est érigée sur la "Beach People" le long du lac Kivu à Goma (RDC)
Une signalétique en français, « Protégeons-nous du choléra » est érigée sur la "Beach People" le long du lac Kivu à Goma (RDC) © Getty / Thierry Falise

On n'a pas besoin de débat sur la décroissance ou sur vos ancêtres les Gaulois avec qui j’ai peu à voir... on n'a rien. Si, des guerres. On a l’amour de nos parents quand ils sont vivants. Alors oui ici dans cette zone d’Afrique immense sous le soleil cinglant, les femmes mettent au monde 5-6 enfants. « Mettent au monde ... » mais de quel monde on parle ?! Ma mère avait 16 ans quand je suis arrivée.

On meurt à l’âge où vous mourriez du temps de Molière. Et on me dit : le problème c’est la démographie. C’est quand un vrai demain ?

Nos minerais, nos arbres, nos terres exploitées par d’autres pays, nos poissons, notre pétrole, notre gaz, nos pierres, c’est votre vie qui en profite et nos dictateurs professionnels soutenus par vos régimes.

C’est bien, vous avez vendu 36 avions en Rafales en Inde ; là-bas aussi les femmes ont au moins 5 enfants. Elles se font même violer au fond des bus.

Si vous trouvez qu’on est trop nombreux, il y a toujours une solution, ben suicidez-vous ! Ca fera moins de monde...

Et c’est moi qui suis de trop ... alors que vous mangez de la viande comme trois et que nous courons après la moindre protéine ?! Je ne comprends pas ce monde.

Oui, je sais, mon continent est l’eldorado, la croissance d’aujourd'hui et de demain. J’ai juste faim.

Mais pour nous, c’est quand un vrai demain ?

Ici, dans mon pays giflé par le sable, c’est la double peine : il y a sûrement trop d’enfants car il n’y a pas de développement et on a le réchauffement climatique - que vous nous avez refilé comme une maladie. Mon bilan carbone c’est 200 kg par an et vous 6 à 8 tonnes.

Dans vos pays tempérés qui vivent à crédit, vous ne voyez pas le réchauffement, le sentez à peine. Nous, c’est tous les jours qu’il caillasse nos corps et nos puits, qu’il grille la terre,. Il paraît que la misère serait moins pénible au soleil. Non, non, non ! Il a dit « serait » Aznavour, et puis à l’époque, il n’y avait pas le GIEC.

Ne changez pas de mode de vie, après tout c’est génial de courir après les Pokémon

C’est quand un vrai demain pour tous les hommes ?

Quand allez vous vraiment nous aider ? Vous souhaitez vivre dans votre pays ? Nous aussi. Il nous faut de l’électricité solaire pour décoller, une agriculture sans pétrole, de l’éducation. On n’a pas envie de venir chez vous par plaisir mais ici on a rien ; alors on migre pour les plus riches des pauvres ou on se noie au milieu du chemin ... et on vous fait peur. On est jeune, on veut vivre, c’est tout. Et ne pas faire 6 enfants comme nos parents qui savent que 3 ou 4 vont mourir en route. C’est quand un vrai demain ?

Ici les enfants naissent pour mourir.

Comment regagner tous en humanité... ce qui est bon pour nous le sera pour vous.

Le monde contient assez pour les besoins de chacun mais pas pour la cupidité de tous

Il nous faut de nouveaux Gandhi, des sages qui éteignent la folie du monde. Car il est beau, paraît-il, ce monde. C’est ce que me disent les avions de plus en plus nombreux dans mon ciel. Et beaucoup de gens sont beaux au fond d’eux, beaucoup veulent autre chose pour eux, pour nous tous. Des graines formidables, il y en a partout dans votre automne tout neuf déguisé en été.

Laissez-les fleurir, laissez-nous fleurir pour qu’enfin on ait un vrai demain.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.