Cet été, aux Etats-Unis, à Charlottesville, en Virginie, manifestants d’ultra-droite et de gauche se sont affrontés sur un symbole, héritage de la guerre de Sécession – 1861-1865.

La question était la suivante : fallait-il déboulonner la statue du général Lee, le commandant en chef des armées du sud – le sud sécessionniste et esclavagiste ? Lee est aujourd’hui devenu l’un des héros des suprématistes blancs et autres racistes de l’ultra-droite américaine. Le président Trump a dit qu’il était partisan de maintenir la statue en place. Ces batailles mémorielles divisent l’Amérique depuis quelques années. Mais l’épisode de Charlottesville a inspiré fin août une polémique du même type en Australie. Ça s’est passé à Sidney. Cette fois, ce sont les statues du capitaine James Cook et du gouverneur Lachlan Macquarie qui ont été vandalisées. Cook, grand marin, cartographe et explorateur a été le premier Blanc à mettre le pied en Australie. C’était en 1770. Cook a immédiatement déclaré le territoire colonie britannique. Le second, Écossais comme Cook, est devenu, dix ans plus tard, le premier gouverneur colonial du pays. Les statues ont été vandalisées et taggées de quelques slogans – « il n’y a pas à être fier du génocide », notamment. On imagine l’action d’activistes aborigènes et des militants qui les soutiennent. On imagine leurs motifs. Non, l’Australie n’a pas été découverte, entre guillemets : elle était peuplée depuis des siècles. Oui, il faut changer la date de la fête nationale, le 26 janvier, qui marque l’arrivée de la première flotte coloniale le 26 janvier 1788. Parce que la colonisation de ce territoire s’est faite dans la violence et le martyre de dizaines de milliers d’aborigènes – tués, dépouillés de leurs terres, humiliés....

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.