Cela fait bientôt un an qu'il est à la Maison Blanche et pourtant on ne s'habitue toujours pas à ses méthodes : que nous dit ce nouvel éclat de Donald Trump ?

On a beau essayer de trouver des références historiques, de chercher des points de comparaison avec ceux de ses prédécesseurs qui avaient pu aussi nous étonner, Richard Nixon, Ronald Reagan, mais non, rien n' y fait : Donald Trump est incomparable.

Non, ce 45ème président des Etats-Unis n'est décidément pas comme les autres. Un président, normalement, joue le rôle de père de la nation - Donald Trump, lui, joue celui de pyromane. Un président, ça cherche à rassembler : lui fait tout pour diviser. Il n'est pas constructeur, il est destructeur. Il inquiète, il transgresse, il démantèle, il démolit : c'est Trump Terminator.

  • Comment cela se traduit-il concrètement ?

D'abord chez lui, il a mis le pays tout entier sous tension. Cette tension, il l'entretient par son imprévisibilité, il l'entretient à coups de discours incendiaires et de revirements politiques. Et surtout il l'entretient à coups de tweets vengeurs, dès 6 heures du matin : vous n'imaginez pas le stress que peuvent provoquer ces tweets suivis par 44 millions d'abonnés, nous ici ils nous arrivent vers midi avec le déclage horaire, mais les américains, eux, se réveillent avec les tweets du président.

Mais il a quand même une base, ce président, il a été élu ? C'est tout à fait vrai, il a une base solide, dans l'Amérique profonde, et c'est cette base qu'il cultive en dénonçant les élites de Washington et en montant les américains les uns contre les autres. Résultat : Washington est au bord de la crise de nerfs, la société américaine est polarisée comme jamais.

  • Et à l'étranger, qu'est-ce que ça donne, la ligne « Make America Great Again » ?

Eh bien ça donne ce que l'on voit se dérouler sous nos yeux depuis hier : en déclarant que les Etats-Unis considéraient officiellement Jerusalem comme la capitale d'Israël, contre l'avis de l'ensemble de la communauté internationale et de ses plus proches alliés, Donald Trump a non seulement jeté de l'huile sur le feu dans une région constamment au bord de l'explosion, il a aussi tourné le dos à cinquante ans de diplomatie américaine au Proche-Orient.

En faisant le choix de l'unilatéralisme dans les relations internationales, le président Trump s'emploie à détricoter le système de gouvernance mondiale que son pays a lui-même mis en place depuis la deuxième guerre mondiale.

En moins d'un an de présidence Trump, les Etats-Unis se sont retirés de l'accord de Paris sur le climat, ils se sont retirés de l'UNESCO, ils se sont retirés du Pacte de l'ONU sur la gestion des migrants et des réfugiés, ils ont dénoncé le traité de libre-échange avec l'Asie-pacifique et ils ont pris leurs distances avec l'accord sur le nucléaire iranien.

Donald Trump critique l'OTAN, l'ONU, et ne craint pas d'insulter la première ministre de Grande-Bretagne lorsqu'elle lui reproche, à juste titre, de propager sur Twitter de fausses vidéos anti-musulmanes trouvées sur des sites de l'extrême-droite britannique. Bref, vu de l'étranger, on peut imaginer de meilleures stratégies pour rendre sa grandeur à l'Amérique !

Les invités
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.