L’affaire Harvey Weinstein, le producteur de Hollywood accusé de viols, suscite un tollé aux Etats-Unis.

L’affaire Harvey Weinstein, le producteur de Hollywood accusé de viols, suscite un tollé aux Etats-Unis. La liste des actrices qui ont été victimes de ses avances s’allonge tous les jours. Les femmes n’ont plus peur de parler. La presse parle d’un « changement culturel » et celui-ci va bien au-delà de Hollywood. C’est un déluge d’accusations depuis quelques mois, et dans tous les milieux. La télévision a eu son scandale « Fox News » : vous vous souvenez, le PDG de la chaine conservatrice a dû démissionner, ainsi que l’animateur vedette Bill O’Reilly. Dans l’affaire de Hollywood, ce qui est particulièrement odieux, outre les agressions, c’est que les femmes croyaient qu’Harvey Weinstein était de leur côté. Il avait manifesté en janvier avec la Women’s march au Festival de Sundance; il avait promis 100.000 dollars au Planning familial si les républicains lui coupaient les vivres. Weinstein avait même doté une chaire à l’université Rutgers au nom de Gloria Steinem, l’une des icônes féministes des années 70. Et bien sûr, il avait contribué à la campagne d'Hillary Clinton. D’où la consternation des féministes « traditionnelles » comme Meryl Streep. L’actrice a réagi assez tard, manifestement abasourdie.

L'équipe
  • Corine LesnesJournaliste, correspondante du journal Le Monde aux Etats-Unis
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.