Comment sortir de la crise ? Inverser la courbe du chômage ? Emmanuel Macron répond aux questions de Dominique Seux, Alexandra Bensaïd et Patrick Cohen

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron © Radio France

Pas de remise en cause (globale) des 35 heures

Pour le candidat à la présidentielle, il n'est pas question de "changer les 35h dans la loi : il y a des secteurs où les 35h, ça marche", assure-t-il. En revanche, il n'est pas contre la possibilité de laisser les entreprises négocier des aménagements au cas par cas. "La contrainte posée par les 35h hebdomadaires n'est pas la même entre une petite entreprise et un grand groupe industriel".

Aide aux entreprises

Il ne renie pas non plus le fameux "pacte de responsabilité", cette baisse des charges gracieusement accordée aux entreprises fraçnaises. "En 2012, nos entreprises avaient des taux de marge extrêmement bas. Elles ne pouvaient pas investir, ni embaucher", explique-t-il. "C'était important de rétablir les marges." Tout en voulant aller plus loin : "Le CICE est utile, mais ce n'est pas suffisant. Je transforme donc le CICE en allègement de charges durable."

Aider au retour au travail

"Je préfère que les gens travaillent plutôt qu'ils soient au chômage", assure l'ancien ministre de l'Économie, en citant l'exemple d'Uber. "Je propose une transformation du RSA pour accompagner le retour à l'activité", mais aussi "supprimer la totalité des charges au niveau du Smic" et "augmenter le RSA pour accompagner le salarié entre 0,5 et 1,3 Smic", une "mesure de pouvoir d'achat pour ceux qui travaillent", promet-il.

La réforme de l'ISF

Pour Emmanuel Macron, l'ISF doit être pour moitié supprimé : "Je le transforme en impôt sur la rente immobilière, mais j'exonère totalement tout ce qui finance l'économie par ailleurs". Autrement dit, la part d'impôt sur l'investissement ou les actions seraient exonéré, pour inciter à financer l'économie.

► LIRE AUSSI | Emmanuel Macron a bien un (début de) programme

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.