Les milieux économiques ont pesé lourd pour éviter un nouveau confinement. Ils sont soulagés. Bruno Le Maire a mis sur la table la fermeture des galeries commerciales.

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron © AFP / Stéphane Mahe

Emmanuel Macron a une nature optimiste : il juge possible d’éviter un reconfinement tant qu’il n’a pas sous les yeux la preuve que le variant anglais déferle vraiment sur la France. Mais ce choix a une autre explication.

Un plan B lui a été proposé pour durcir d’un cran (un petit cran en fait) les mesures de contrôle de la circulation du virus.

Ce plan B, ce sont les tests aux frontières et (on y arrive) la fermeture de 396 centres commerciaux qui accueillent 25 000 boutiques non-alimentaires

C’est Bruno Le Maire, à Bercy, qui a eu cette idée, qui en a discuté dès jeudi avec les professionnels et l’a transmise à l’Elysée jeudi après-midi. 

Geoffroy Roux de Bézieux, pour le Medef, l'a soutenu à 100% pour que l’économie continue de tourner et que les petits commerces (cette fois) restent ouverts. En clair, les centres commerciaux ont été l’agneau sacrifié sur l’autel du non-confinement. 

Outre que chacun a en tête les foules qui s'y pressaient le week-end à touche-touche, peu de Français plaindront ces temples de la consommation de masse même si tout le monde s'y rue davantage que chez les petits commerçants de quartier que tout le monde défend. C’est comme la télévision : tout le monde dit adorer Arte mais regarde en fait TF1.

Pour le reste, les commerces de ces centres seront indemnisés, le "quoi qu’il en coûte" est de toute façon moins coûteux que le confinement. On verra si cela a un effet sur la circulation du virus, mais reconnaissons que c’est une solution imaginative.

Au passage, on est étonné que l’imagination trouve peu sa place dans d’autres secteurs : par exemple, pourquoi les musées, que l'Italie a rouverts, ne s’ouvrent-ils pas ici aux élèves des écoles, collèges et lycées ? Mystère. Mais c’est très au-dessus de mes compétences ! 

Mais l’économie évitera-t-elle un confinement ? Emmanuel Macron semble se méfier des prédictions des scientifiques, mais l’Elysée se tient prêt à prendre de nouvelles mesures en quelques heures désormais - y compris un confinement. 

Que cela passe ou que cela casse, l’exécutif aura montré qu’il a tout fait pour éviter un confinement

Mais attention, il y a peut-être un calcul : s’il s’avérait indispensable, déclencher plus tard un confinement permettrait que davantage de personnes soient vaccinées quand il finira. A cette course entre le virus et le vaccin, on y revient toujours : aujourd'hui, la barre des 100 millions d’habitants de notre planète déjà vaccinées va être franchie, selon Bloomberg.

L'équipe
  • Dominique SeuxDirecteur délégué de la rédaction des Echos et éditorialiste à France Inter