Ce matin : Impôts, quand le gouvernement ne fait qu’à moitié le travail.

Je vous préviens : c’est un billet d’humeur. Les Français ont rempli il y a quelques semaines leur déclaration de revenus qui sert à calculer l’impôt qu’ils devront payer. Certains contribuables savent déjà qu’ils paieront moins d’impôt, grâce à la suppression de la première tranche du barème ; d’autres savent qu’ils devront payer plus. Or, devinez quoi ? Le gouvernement vient de décider - ce sont Les Echos qui donnent l’information - d’écrire une belle lettre à chaque Français dont l’impôt baissera pour lui indiquer de combien exactement. Huit millions de foyers fiscaux vont recevoir ce courrier. Le but est que la ristourne ne passe pas inaperçue (ça pourquoi pas) et si cela peut être mis au crédit de François Hollande, pourquoi s’en priver ? Il paraît qu’il a fallu tordre le bras à l’administration fiscale pour obtenir cette transparence.

Bon, il n’y a rien à redire… C’est de l’information… assez légitime…

Vous ne trouvez pas qu’il manque quelque chose à cette transparence ? Ceci : tous les Français qui ont vu leurs impôts augmenter depuis 2012 auraient probablement été contents aussi de recevoir un courrier d’explications. On ne dit pas pour s’excuser … mais peut-être pour les remercier de l’effort consenti pour réduire les déficits publics … Peut-être même, soyons fous, pour leur dire à quoi ont servi les prélèvements supplémentaires. En 2012, le barème de l’impôt avait été gelé (comme sous Sarkozy-Fillon d’ailleurs), l’impôt a du coup augmenté pour tout le monde ou presque ; puis en 2013 il y a eu le tour de vis sur la fiscalité de l’épargne ; puis en 2014 la taxation des cotisations aux mutuelles, qui a touché des millions de ménages ; puis l’abaissement du quotient familial, une première fois, puis une deuxième fois. Curieusement, il n’y aura pas de courrier pour dire à chacun combien il paiera en plus ! Au contraire, Jean-Marc Ayrault avait expliqué, au tout début, que neuf Français sur dix seraient épargnés. C’était se moquer du monde.

Ce 1er juillet, la modulation des allocations familiales rentre également en vigueur.

Qui va concerner 500.000 ménages qui vont perdre la moitié ou les trois quarts de leurs prestations en fonction de leurs ressources. Cette fois-ci, la communication a été plus méritante de la part de la caisse nationale des allocations familiales. Les ménages reçoivent ces jours-ci des SMS (je cite) : « d’après nos informations, vous êtes concernés par la baisse des allocations ». C’est mieux. Mais il faut savoir que dans certains cas entendus ici ou là, le cumul de l’ensemble des tours de vis qui s’appliquent cette année peut représenter jusqu’à un demi mois de salaire ou plus. Cela aurait bien mérité un peu de courage et un courrier !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.