Ce matin : le nombre de Chinois millionnaires et milliardaires n’en finit pas de grimper.

Oui et je crois qu’il va falloir que nous entrions dans notre mémoire le nom d’un certain nombre d’entre eux, au même titre que nous connaissons par cœur ceux de Bill Gates, Warren Buffet, Liliane Bettancourt ou Bernard Arnault. Un cabinet spécialisé vient de publier ses dernières évaluations sur le nombre de millionnaires dans le plus grand pays communiste du monde : 1,4 million – en hausse de plus de 50% en cinq ans. La Chine, le pays de toutes les démesures, a celle-là aussi. Par comparaison, la France compterait environ un demi-million de millionnaires. Alors, attention on parle en dollars et de gens qui ont un million de dollars immédiatement disponibles – en liquidités.

Comment s’explique cette flambée des riches et ultra-riches ?

C’est le résultat d’une croissance qui a toujours été comprise entre 5 et 10% par an depuis vingt ans ! Même si on peut exprimer un doute sur la fiabilité des chiffres officiels, il est clair que ce pays s’est enrichi. Au bas de l’échelle, le salaire minimum est désormais supérieur, dans les zones industrielles, à celui de certains pays d’Europe de l’Est. Et il y a la naissance d’une classe moyenne et moyenne supérieure et, donc, de millionnaires. Le chinois le plus riche du monde s’appelle Wang Jianlin, il dirige Dalian Wanda, qui gère des centres commerciaux et des hôtels. Mais on peut citer Jack Ma (fondateur d’Alibaba, champion du commerce électronique), Robin Yanhong Li (le moteur de recherche Baidu) ou Zhou Quinfei (une chinoise qui fabrique des écrans de mobiles).

Mais comment sont perçus ces riches et ultra-riches en Chine ?

Bien, mais ils font plus attention en ce moment à cause des campagnes anti-corruption. On le dit souvent : la Chine est une dictature politique qui offre en contrepartie le développement et la liberté économiques. Et la promesse aux classes moyennes que leurs enfants vivront mieux qu’eux. Le pouvoir n’a qu’une obsession : si la croissance ralentit, pense-t-il, ces classes moyennes exigeront plus de liberté. Pour revenir aux riches, en 2013, on avait appris que le Parlement chinois comptait 83 milliardaires ! Aux Etats-Unis, sauf erreur, il n’y en a pas. Alors, ce qui menace ces riches, c’est un : un dégonflement de la Bourse de Shanghai, qui a grimpé de 124% en un an ! Et -je le disais- la lutte contre la corruption lancée par le pouvoir. Depuis deux ans, le marché du luxe, des jets privés s’est tassé à cause de cela. Il y a encore de la marge : on ne compte que 300 jets privé en Chine contre 15 000 aux Etats-Unis.

Mais ces ultra-riches commencent à avoir des goûts fantasques !

Le Quotidien du Peuple racontait la semaine dernière qu’un chef d’entreprise a dépensé 160 millions de dollars pour que le siège de sa société soit reproduit à l’identique de l’USS Enterprise, le vaisseau spatial de la série Star Trek. Décidément, rien n’est plus sacré !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.