Vous évoquez la hausse de près d’un euro, ce jeudi, du prix du paquet de cigarettes. Qui y gagne ?

A qui profite l'augmentation du prix du tabac ?
A qui profite l'augmentation du prix du tabac ? © AFP / Philippe HUGUEN

A cette question, on peut faire une réponse certaine, une réponse probable et une réponse au doigt mouillé. 

- La réponse certaine est que cela va coûter cher aux fumeurs, le prix du paquet de vingt cigarettes est depuis ce matin d’environ huit euros. 

- La réponse probable est que cela va rapporter de l’argent à l’Etat, puisque les taxes représentent 82% du prix et que des taxes qui grimpent font logiquement rentrer de l’argent dans les caisses. Mais voilà, combien cela va-t-il rapporter à Bercy ? 

- Et là, la réponse est au doigt mouillé. Car cela dépend en effet de ce que les experts appellent le taux d’élasticité. Quèsaco ? Quand le prix augmente de 10%, comment évolue la consommation ? Combien de fumeurs arrêtent ou lèvent le pied (si on peut dire) ? Si la consommation baissait de 10% ou plus, l’Etat perdrait de l’argent. Mais si elle baisse peu voire très peu, il sera gagnant voire très gagnant. 

Eh bien, dans ses prévisions, Bercy prévoit que le tabagisme reculera de 7,5% avec cet euro en plus. Gain pour le fisc : 500 millions d’euros. Mais attention : les calculettes de l’OFCE, un organisme économique, donnent un autre résultat. Elles anticipent un repli de 3% seulement de l’usage du tabac. Dans ce cas, jackpot pour l’État, qui encaisserait ...1,3 milliard d'euros d’impôts, (tiens) davantage que le plan étudiants annoncé à l’automne. 

Reconnaissons-le : cela peut sembler bizarre ou même tordu.

Donc l’Etat, en douce, espère que sa mesure ne va pas marcher ?!

C’est ce que diront les complotistes de tous poils prompts à chercher les calculs les plus cyniques. En réalité, ils auront tort car dans tous les cas, la puissance publique au sens large a vraiment intérêt à ce que la consommation de tabac diminue en France. Les seuls soins aux malades du tabac coûtent plus cher que ce que rapportent les taxes tabac, sans compter les arrêts de travail, la prévention etc. 

Mais sans être complotiste, c’est vrai qu’Agnès Buzyn, ministre de la Santé, et Gérald Darmanin, pour le Budget, n’ont objectivement pas le même intérêt à court terme. Si Buzyn rit, Darmanin pleure ; si Buzyn perd son pari, Darmanin gagnera le sien de façon sonnante et trébuchante. 

Bref, si ce n'était pas un sujet très sérieux, ce serait un petit exemple cocasse d’un Etat schizophrène et ce sont les fumeurs qui ont la réponse au bout de leurs doigts.

  

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.