Le gouvernement a donc présenté le projet de budget pour 2016. Est-ce que c’est un bon budget ?

Ecoutez, je ne sais pas très bien quoi dire de ce budget. Il n’y a rien de saillant, pas de relief dans ce budget, il n’y a pas un choix politique très neuf. La preuve, c’est que les deux JT, hier soir à 20 heures, de TF1 et France 2 ont ouvert l’un sur la circulation alternée à Paris l’autre sur les frappes russes en Syrie. Et l’affaire Nadine Morano a occupé davantage de temps d’antenne. Bref, le budget, ce n’est plus l’événement que c’était il y a quelques années. Alors, en même temps, j’ai envie de vous dire tant mieux : c’est une bonne chose que le budget ne soit plus considéré comme le grand, ou en tous cas le seul, rendez-vous de la politique économique. La France a trop souffert de la politique de la plomberie : je rajoute des dépenses ici, je baisse ou j’augmente les impôts là, et hop, la croissance repart. Le keynésianisme ou le libéralisme version méthode Assimil en quelque sorte. Cela fait des dizaines d’années que l’on pratique ainsi et on voit que l’économie est plus compliquée. Le fonctionnement du marché du travail, l’ouverture ou pas des marchés, la formation etc. sont tout autant voire plus importants. En clair, il convient peut-être de calmer l’obsession fiscale qui unit la gauche et la droite comme des frères jumeaux.

Cela étant, ce budget appelle quelques réflexions.

Le choix d’aider les entreprises à retrouver de la compétitivité est assumé et c’est le bon. Si on prend l’ensemble des mesures fiscales et sociales du quinquennat, les entreprises seront gagnantes et les ménages seront largement perdants. Les entreprises seront gagnantes. Pour le reste, un chiffre a été cité hier : le nombre de fonctionnaires n’avait pas augmenté autant depuis près de 15 ans. Et un autre ne l’a pas été assez : 72 milliards, c’est le déficit de l’Etat qui finance par les marchés, 20% de ses dépenses ! C’est énorme. La France sera peut-être le seul pays de la zone euro à avoir un déficit public au-dessus des 3% de PIB.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.