Le patron d’Air France a présenté vendredi à ses cadres son plan de redressement de la compagnie aérienne.

Oui, une compagnie qui traverse un vrai trou d’air, et c'est peut être par cela qu’il faut commencer. Parce qu'on a en tête, souvent, qu'elle est encore dans une forme éblouissante. C’était, effectivement, le cas dans les années 2000 ; c’était une star, surtout avec sa fusion / rachat du néerlandais KLM. Mais la crise de 2008 a entraîne une plongée du trafic aérien ; puis il y a eu la catastrophe du Rio Paris ; puis des grèves. Sans oublier l’envolée du prix du pétrole. Le contexte plus général est celui d’une double concurrence qui atteint toutes les grandes compagnies classiques. Elles sont attaquées par le bas par les low cost (Easyjet, Ryanair). Tandis que des grandes compagnies asiatiques (Singapour Airlines) et arabes (Qatar Airways) les menacent sur les longs courriers.

Et Air France a des faiblesses particulières...

Exactement ! L’entreprise s’est beaucoup endettée pour ses emplettes à l’international. Elle est trois fois plus endettée que Lufthansa et dix fois plus que British Airways. Air France a, en plus, un problème de coûts. Ils sont 30 % plus élevés que ceux de ses concurrents. Quand le ciel était dégagé, cela passait ; plus aujourd'hui. Le résultat de tout cela est qu’Air France a perdu 800 millions d’euros l’an dernier.

Quelles solutions sont envisagées ?

Bruno Trévidic, notre journaliste, qui a eu les éléments du plan d’Alexandre de Jugniac, le PDG, en évoque plusieurs. En janvier, des économies avaient déjà été présentées, avec notamment un gel des salaires. Vendredi, a été annoncée l’extension à une bonne partie des aéroports de province des nouvelles règles applicables à Marseille, Nice et Toulouse pour les lignes intérieures. Concrètement, les personnels navigants devront voler 20% d’heures en plus, à salaire constant – les pilotes passeront de 560 à 750 heures par an. Les avions du coup voleront 12 heures par jour au lieu de 8. Il y aura aussi sans doute des suppressions d’effectifs.

Et pour les clients ?

Air France envisage d’étendre le réseau de sa filiale low cost Transavia (une dizaine d’avions seulement), qui fait du moyen courrier. Et une offre low cost, sous une autre marque ou avec un service plus léger, sera proposée sur les longs courriers. En plus, en classe affaire, il y aura un nouveau siège couchette ! Enfin, un effort général sur la ponctualité est promis !

Bon, ça va marcher ?

Il le faut. Air France KLM est un des trois poids lourds du ciel européen qui s’est recomposé depuis cinq ans, avec Bristish Airways Iberia et Lufthansa Swissair. Air France, c'est 400 avions, KLM 600, soit 1.000 au total.

Encore faut-il qu’ils puissent voler…

Une partie du trafic d’Orly et des régions sera paralysé jusqu’à demain en raison d‘une grève des contrôleurs aériens qui dénoncent une réorganisation de leur travail. Contrôleurs qui ont, selon la Cour des comptes, 31 semaines de congés par an. Cela fait rêver et pester.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.