Population
Population © Fotolia
La démographie a effectivement une importance capitale en économie. On ne comprend rien au dynamisme de la croissance américaine si on ne la met pas en parallèle avec le dynamisme de la démographie américaine. C'est naturellement la même chose pour un pays comme l'Inde ou, en sens inverse, pour d'autres comme l'Allemagne ou le Japon, dont les populations décroissent. Bon, s'agissant de la France, qu'a-t-on appris des chiffres publiés au Journal officiel ? Qu'au 31 décembre 2011, nous étions 64 millions 933.000 à vivre sur le sol français et que selon toute vraisemblance (mais là, ce n'est pas officiel) ce nombre est passé à 65,6 millions actuellement. Cela représente une progression de dix millions en trente ans. **Et donc, qu'est-ce que cela dit sur l'économie ?** La première réflexion est que la puissance démographique française, pour reprendre un concept daté du XIXème siècle, se rapproche de celle de l'Allemagne, sous doute passée sous la barre des 80 millions d'habitants. Et qu'elle distance nos voisins italiens et anglais. Mais ce n'est pas le plus intéressant et ce n'est peut-être même pas important. Ce qui l'est, en revanche, est de se dire que les chiffres de croissance que l'on scrute au microscope chaque mois, chaque trimestre, chaque année, pour se comparer, pour se faire du mal ou se faire du bien, ces chiffres ne veulent pas dire grand chose tous seuls. Plus d'habitants, cela veut dire plus de consommateurs, plus de salariés, plus d'énergie consommée, plus de tonnes de pommes de terre avalées, plus de machines à laver achetées et plus d'appartements à trouver. Cela ne veut pas dire que chacun d'entre nous voit son niveau de vie en hausse. Le vrai bon indicateur, c'est la croissance par habitant. **Vous nous dites que tous nos chiffres de croissance de ces 30 dernières années doivent être relativisés.** Attention : ces trente dernières années, notre niveau de vie a augmenté, mais moins que ne le disent les chiffres officiels de croissance. Si la croissance est de 0,5% et la hausse du nombre d'habitants de 0,5%, en réel, cela fait zéro. Et dans l'autre sens, c'est la même chose. Ces cinq dernières années, nous dit l'Insee, la France a gagné 1,7 million d'habitants (au passage dans les grandes villes de l'Ouest et en Ile-de-France). Mais ces cinq dernières années, la croissance moyenne a été de zéro. Bilan : le PIB par habitant a reculé de 2,5%. Ce n'était tout simplement pas arrivé depuis 50 ans. Voilà pourquoi le pays est si tendu, les nerfs à vif.**Quelle est la conclusion que vous en tirez ?** On connaissait des limites de l'indicateur de la croissance qui a un rapport parfois lointain avec le bien-être (les dégâts à l'environnement ne sont pas mesurés) ou avec l'activité durable (la reconstruction après un tsunami, c'est de la croissance). Il ne faut donc pas oublier non plus la démographie. Cela étant, je parie que je commenterai malgré tout les prochains indicateurs économiques avec la même ferveur, et donc la même erreur ! **► ► ► LIRE |** [Démographie : nous sommes 65 millions de Français](http://www.francebleu.fr/infos/croissance/demographie-nous-sommes-65-millions-de-francais-1149188) ## Les liens [Le blog de Dominique Seux](http://blogs.lesechos.fr/dominique-seux/dominique-seux-r59.html) [Institut national d'études démographiques (INED)](http://www.ined.fr/) L'INED est un institut de recherche spécialisé dans le domaine de la population. L'Institut national d'études démographiques (INED) a pour principal mandat l'étude de la conjoncture démographique nationale et internationale et de ses évolutions.
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.