Hier, François Hollande, dans le journal Ouest-France , a promis qu’il n’alourdirait plus la pression fiscale des Français. Peut-on le croire ?

Ecoutez, oui et non ! On peut le croire si on relit mot à mot ce qu’il a précisément dit : nous n’alourdirons pas la pression fiscale en cours d’année . Pas de mauvaise surprise d’ici décembre. Ça c’est vrai. En revanche, si la réponse est lue comme une promesse de ne plus augmenter du tout les impôts, ça, non, c’est faux, il y aura d’autres hausses l’an prochain qui se rajouteront à toutes celles qui ont été faites depuis un an exactement. La différence est subtile et la plupart des médias sont allés, et on les comprend, au plus court : les hausses d’impôt, c’est fini. En fait, non - hélas d’ailleurs. Il y a quelques semaines, François Hollande avait dit : l’idéal serait de ne pas augmenter les prélèvements pour les ménages en 2014. Envolé, l’idéal !

Comment peut-on en être sûr ?

C’est simple - enfin presque. Le gouvernement s’est engagé à baisser le déficit public structurel grâce pour l’essentiel à des économies. Mais il a besoin de 12 à 14 milliards d’euros de recettes nouvelles, en plus des hausses d’impôt déjà connues et votées comme le relèvement du taux de TVA de 19,6 à 20% le 1er janvier 2014. Pourquoi ? Il s’agit de compenser des impôts qui rentrent mal et de boucher les trous. Evidemment, on comprend que cela soit difficile à « vendre » à l’opinion parce que les impôts ont déjà été relevés de plus de 30 milliards d’euros depuis un an – c’est énorme. François Hollande peut dire à juste titre que Nicolas Sarkozy avait décidé un coup de massue à peu près comparable, mais les coups ne se compensent pas, ils s’additionnent !

Concrètement, qu’est ce qui peut augmenter ?

Deux choses sont déjà connues : le durcissement du quotient familial et le relèvement des cotisations pour les retraites complémentaires. Puisque l’on parle des retraites, il y aura peut-être une augmentation des retraites des régimes de base. L’alourdissement de la taxation du diesel n’est pas l’hypothèse la plus probable, mais cela reste une possibilité et on sait que les Verts y tiennent beaucoup. La semaine dernière, ils avaient annoncé (entre guillemets) que le litre de gazole augmenterait de deux centimes. On peut s’attendre à ce que les niches fiscales soient rabotées et que l’impôt sur les sociétés des entreprises soit un peu musclé. Voilà le tour d’horizon. C’est d’ici la fin août que l’on connaîtra la sauce fiscale.

Derrière tout cela, il y a un débat de politique économique intéressant.

Nous sommes jour pour jour un an après le premier « paquet fiscal » du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, le premier collectif budgétaire. Souvenez-vous : à l’époque, Bercy répétait beaucoup qu’il était beaucoup moins risqué pour la croissance de relever les impôts que de réaliser des économies dans les dépenses pour redresser les comptes. Un an après, on voit que c’est faux. Les déficits sont élevés et il n’y a plus de croissance. Ce qui a été profondément sous-estimé, c’est le climat que créent les rumeurs puis les annonces jour après jour de nouvelles mesures. C’est bien connu : il vaut mieux couper la queue du chien en une fois que centimètre après centimètre.

Les liens

Le blog de Dominique Seux

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.