L'évolution des immatriculations de voitures au mois d'octobre, c'est-à-dire après le scandale Volkswagen, sera publiée aujourd'hui.

Cette information devra être prise avec des pincettes parce qu'il y a toujours un délai entre la commande d'une voiture en concession et son immatriculation, ce qui veut dire que l'effet Volkswagen se lira davantage dans un mois. Mais peu importe : aujourd'hui ou plus tard, ce sera un moyen de voir l'ampleur des dégâts causés par les mensonges de certaines entreprises privées. On connaît et on commente beaucoup les conséquences des mensonges, des omissions des responsables politiques - en fait, je corrige le mot, ce ne sont pas des dégâts, ce sont des ravages dont on mesure actuellement les conséquences. Eh bien, on s'aperçoit que les entreprises ne sont pas en reste. C'est aussi grave parce que la confiance est la base du système économique comme elle l'est du système politique. D'où la question : les dirigeants du secteur privé, quand ils franchissent les lignes blanches (ou rouges – comme vous voulez) se rendent-ils compte qu'ils sapent le système dans son ensemble ? Pour s'en tenir à l'automobile, il y a la fraude avérée du groupe allemand. Mais il y a aussi non pas la fraude, mais le mensonge par omission de tous les constructeurs, on l'a vu ces derniers jours, quand ils affichent dans leurs publicités la consommation en carburant de leurs véhicules. Des tests qui viennent d'être réalisés par le magazine Auto Plus montrent des écarts abyssaux entre la promesse des industriels et la réalité – plusieurs litres au cent. La cause en est la même que pour les émissions polluantes, c'est le système de test européen déconnecté de la réalité. Mais on sait aussi que les promesses des voitures électriques en matière d'autonomie ne sont pas plus véridiques. Et l'auto n'est en réalité pas le seul secteur où la réalité est enjolivée : les opérateurs télécoms promettent par exemple des débits qu'ils ne tiennent pas toujours. La transparence désormais exigée par les consommateurs rend ces arrangements avec la vérité insupportables, et au fond puérils et risqués. Pas forcément à court terme : peut-être que les ventes de Volkswagen vont augmenter comme si de rien n'était. Mais la triche a des effets qui agissent comme un pétard à mèche lente sur le système économique dans son ensemble.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.