Le plus grand salon européen de l’électronique grand public s’ouvre à Berlin demain. Avec beaucoup de nouveautés.

Ce salon est un rendez-vous important pour les industriels du secteur, mais aussi pour les clients que nous sommes parce que c’est là que sont présentés tous les produits high-tech qui feront un carton à Noël. Evidemment, ce qui est compliqué avec l’ère numérique, c’est qu’il est difficile de suivre les nouveautés, les innovations donnent vraiment le tournis ! Nous nous sommes à peine habitués aux smart- phones, IPhones et autres Blackberry, que les «tablettes» sont arrivées, juste avant l’été. Ce sont ces tablettes, munies de grands écrans et connectées à Internet, qui permettent par exemple de lire des journaux, qui seront en vedette à Berlin. En quatre mois, il s’est déjà vendu 3,3 millions d’Ipad d’Apple dans le monde. Aujourd’hui, Samsung et Toshiba présenteront leurs propres modèles.

Deuxième vedette attendue, la télévision 3D, avec le lancement de téléviseurs affichant du relief sans lunettes 3D. Mais c’est encore d’un autre sujet dont on parlera le plus à Berlin, un sujet qui fait littéralement « saliver » les industriels… Saliver on verra, fantasmer sûrement ! Il s’agit de la télévision connectée, en clair connectée au Web. Les auditeurs qui regardent la télévision via leur connexion Internet voient de quoi je parle. Mais cela concernera à l’avenir tout le monde : ne plus utiliser la télévision pour simplement recevoir des programmes mais de façon interactive. Pour, calé sur son canapé, revoir le 20 heures de France 2, regarder la météo de TF1, « twitter » avec des amis, commander des films, visionner YouTube, le tout en 3D et en haute définition. La télévision connectée, ce n’est pas un autre écran d’ordinateur, c’est un outil pour consommer du divertissement et des services de qualité. L’élément qui a ouvert les yeux sur cet eldorado, c’est le constat que le temps d’écoute de la télévision ne baisse pas (3 heures 25 par jour en France par exemple) et donc que sa mort face aux ordinateurs n’est plus si programmée que prévu. La télévision restera peut-être l’écran numéro un de la famille, à condition de le remplir.

Mais question, Dominique : qui va contrôler cet écran ?

C’est La question économique (avec un grand L). Un peu comme Apple a pris le contrôle de la musique sur Internet avec I-Tunes puis l’Ipod, puis le contrôle de beaucoup de services avec ses applications sur Iphone, une bagarre gigantesque se prépare sur la télévision. En gros, les fabricants de téléviseurs, qui apportent la technologie, aimeraient être le point d’entrée. Les fournisseurs d’accès Internet (les tuyaux), veulent avoir leur mot à dire. Les émetteurs de contenu, comme les chaînes de télévision, aussi. Sans oublier Google, Apple qui voudraient court-circuiter tout le monde. Celui qui aura la clé aura les royalties. La course s’engage. Et surprise, hier soir Steve Jobs, le patron d’Apple, a pris tout le monde de vitesse en dévoilant une Apple TV, un boîtier qui proposera des films et des programmes télévisés.

Dernier point : les consommateurs (nous) devront-ils se précipiter sur les nouveaux produits ?

J’ai envie de dire non. Les premiers produits mis sur le marché essuient souvent les plâtres. On a assez fait de publicité pour Apple pour dire que la première version de l’Iphone était lente, sans aucune autonomie de batterie et assez peu performante pour sa fonction première, téléphoner ! Voilà, c’est dit !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.