Le sujet éco du jour, c’est la tension entre Washington et Pékin, avec Donald Trump qui envisage des sanctions commerciales contre la Chine…

Donald Trump et Xi Jinping
Donald Trump et Xi Jinping © AFP / SAUL LOEB / POOL

Donald Trump n’a cessé de souffler le chaud et le froid sur la Chine. En campagne, il s’était montré virulent sur le mal que la concurrence chinoise causait à l’économie américaine. Puis quelques semaines après son entrée à la Maison Blanche, il avait déroulé le tapis rouge pour Xi Jinping dans son fief de Floride. Tous deux s'étaient donnés cent jours pour régler les commerciaux entre les deux pays. Trump n’évoquait plus de sanctions, son homologue lâchait un peu de lest en autorisant la vente de bœuf et de riz américain en Chine… Puis les relations se sont refroidies. Il y a deux semaines, une journée de pourparlers économiques à Washington s’est soldée par un échec. Et voilà donc, d’après plusieurs médias américains, l’équipe Trump prête à changer de stratégie et passer à l’offensive.

Quelles formes pourraient prendre ces sanctions ?

Le cheval de bataille serait la propriété intellectuelle : il s’agirait de mettre les entreprises chinoises sous pression afin qu’elles respectent plus strictement les règles en la matière. Le levier ? Une disposition du droit des affaires américain permettant à l’administration d’ouvrir une enquête pour déterminer si les pratiques commerciales de Pékin sont déloyales. Auquel cas Washington pourrait imposer des sanctions sur des exportations chinoises ou limiter le transfert de technologies à des entreprises ou coentreprises étrangères. Une procédure, sans doute longue, peu utilisée depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce en 1995. Mais l’extraterritorialité du droit américain est un classique de la diplomatie économique étatsunienne. Donc, sans passer par l’OMC, l’administration Trump pourrait chercher à imposer des mesures de manière unilatérale. Et ce malgré le risque d’une riposte chinoise. Des conseillers du président l’ont évoqué. Rien d’officiel encore, mais on parle aux Etats-Unis d’annonces dans la semaine.

Ne peut-on envisager une reprise du dialogue ?

Il ne faut jamais dire jamais en matière de relations internationales. Mais les indicateurs sont plutôt négatifs. Le dialogue entre les deux superpuissances est au point mort. Le contexte géopolitique, avec bien sûr la Corée du Nord, n’arrange rien. Entre Donald Trump qui tweete que la Chine ne fait rien pour ramener Pyongyang à la raison et l’agence officielle chinoise qui déplore la façon qu’a le locataire de la Maison Blanche « d’évacuer ses émotions »… Le vice-ministre chinois du Commerce a beau appeler à la raison en soulignant que « le problème du nucléaire nord-coréen et les échanges commerciaux sino-américains sont deux sujets appartenant à des domaines complètement différents », difficile à ce stade d’y voir plus qu’un vœu pieux.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.