Les recettes des radars s'écroulent. La cause : leur destruction pendant le mouvement des Gilets Jaunes. Parler de vandalisme, c'est être accusé de ne rien comprendre à la colère du peuple. Et pourtant, c'est bien ce que c'est.

Un radar recouvert d'une peinture bleue pour le rendre inutilisable, au bord d'une autoroute
Un radar recouvert d'une peinture bleue pour le rendre inutilisable, au bord d'une autoroute © AFP / FRANCOIS LO PRESTI

Voici ces données : les recettes des radars routiers s’effondrent. Cette année, le gouvernement n’attend que 500 à 600 millions d’euros de recettes des radars routiers, et 728 millions en 2020, alors qu’un milliard d’euros était attendu initialement.

Comment expliquer cette baisse des revenus des radars ?

L'explication pourrait être que les Français respectent mieux les vitesses et que les radars sont devenus inutiles. Peut-être un peu (notamment en ville) mais hélas, trois fois hélas c'est tout à fait marginal.

La vraie cause : les destructions de radars à partir de la fin 2018 et cette année : un quart environ ont été mis hors d'usage, certains ont été endommagés à de multiples reprises. Des vandales (on n’hésite pas à dire des abrutis),  partout en France, ont profité du mouvement des gilets jaunes pour détruire ces flashs. Au prétexte facile qu’il s’agissait d’une taxe de l’État et pour contester le passage à 80kms/h. 

Chacun, de fait, peut constater que le non-respect des limitations de vitesse a fait un grand bond en avant depuis un an, par exemple on est à nouveau doublé sur l’autoroute par des chauffards roulant à 160 km/h. Il est probable aussi que la désinhibition d’un certain nombre de partis politiques sur ces sujets a lâché les chevaux. Les Républicains ont surfé sur le mouvement de colère anti-80 kms tandis que Marine Le Pen demandait la suppression du permis à points. 

Cette situation rend furieuse la Sécurité routière, qui constate que le nombre de morts (jusqu’à fin août) ne baisse plus vraiment, alors qu’il aurait dû baisser et qu’il avait commencé à baisser juste après l’entrée en vigueur de la baisse des vitesses. Dans quelques jours, Emmanuel Barbe, le délégué à la Sécurité routière, présentera les chiffres de septembre.  

Où se situe la France ?

En 2018, les routes britanniques ont été les plus sûres d'Europe avec 28 décès par million d'habitants, suivies des routes danoises. Viennent ensuite l'Irlande et la Suède. La France, elle, se situe légèrement au-dessous de la moyenne européenne avec 48 décès par million d'habitants, mais c'est plus qu’en Allemagne et en Espagne, pour parler de deux de nos voisins. 

Heureusement, une cinquantaine de personnes ont été arrêtées pour ces vandalismes, une a été condamnée avant-hier à Vesoul (en Haute-Saône) à sept mois de prison ferme. Voilà les vandales avertis.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.