Dominique Seux, revient sur le défilé des ministres qui a commencé hier à Bercy pour réaliser des économies dans les dépenses publiques.

bernard cazeneuve commence à détailler les futures économies
bernard cazeneuve commence à détailler les futures économies © reuters
Le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, recevra aujourd’hui : Arnaud Montebourg, qui n’aura qu’un étage à monter, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, et Michel Sapin, ministre de l’Emploi. L’objectif est de trouver plus de 50 milliards d’euros d’économies d’ici 2017 pour financer le Pacte de responsabilité et diminuer le déficit public. Bien sûr, les dépenses publiques ne baisseront pas de 50 milliards et même elles augmenteront ; mais elles augmenteront moins vite que s’il n’y avait pas eu de coup de frein ! Il faut suivre ! Ces subtilités expliquent pourquoi il y a toujours un doute sur la réalité des économies. Quoi qu’il en soit, ce tour de piste a commencé hier avec Cécile Duflot. Une ministre du Logement assez potache : avant de passer son grand oral, elle a posté sur Twitter un message, je vous le lis : « rendez-vous avec B.Cazeneuve – trop de bonheur – et du sérieux aussi », tout ça accompagné de la reproduction d’une peinture de 1662 de Le Brun, où on voit Louis XIV et ses financiers. Nom du tableau : L’ordre rétabli dans les Finances. On ne sait si c’est ironique, en tout cas, il manque juste un LOL. **Et ce n’est pas un hasard si Cécile Duflot a ouvert le bal.** C’est peut-être un hasard, mais un hasard qui alors a du sens. Parce que la politique du Logement est emblématique de ce qui ne va pas au Royaume de la dépense publique. Chaque année, on y dépense 40 milliards d’euros pour un résultat plus que moyen. Il y a beaucoup d’aides personnelles au logement, beaucoup d’aides fiscales, sans que la situation s’améliore vraiment. Chaque ministre du Logement laisse une niche fiscale, le Besson, le Robien, le Borloo, le Scellier – ça c’est un parlementaire – et donc, comme il se doit, le Duflot. Au total, tout cela coûte cher. La Cour des comptes (je la cite) considère que le logement est « l’exemple même de la défaillance d’une politique publique distribuée sans évaluation de son impact ». Et c’est vrai : 40 milliards par an, plus que la Défense, presque autant que l’Enseignement primaire et secondaire, et au final tant de mal-logés et des prix élevés. **Il y a beaucoup d’autres exemples, Dominique ?** Ecoutez, oui. Dans la santé, dans les collectivités locales, il y a des gestions qui ne sont pas optimales, des redondances, des doublons, des gâchis. J’ai à deux reprises déjà ces dernières années donné ce classement que l’on trouve sur le site du Fonds monétaire International. Un classement des pays par niveau de dépenses publiques dans la richesse nationale. Je l’ai consulté hier soir, je n’invente rien. La France était en 9ème position mondiale en 2013, en partant du plus haut, sur 189 pays. Elle serait cette année –nouvelles prévisions- en 8ème position. Vous vous demandez peut-être qui a plus de dépenses publiques que nous ? Les îles Kiribati, Tuvalu et Marshall (des îles du Pacifique, que seul dans ce studio, André ici présent, connaît très bien), la Micronésie, la Libye, le Danemark et la Finlande. L’Allemagne est 29ème, avec 45% de dépenses publiques, contre 57% pour nous. Il y a donc douze points d’écart. **► ► ► ÉCOUTER |** [ Le débat économique : Ou trouver les 50 milliards d'économie](http://www.franceinter.fr/emission-le-debat-economique-ou-trouver-les-50-milliards-deuros-deconomie) ## Les liens [Le blog de Dominique Seux](http://blogs.lesechos.fr/dominique-seux/dominique-seux-r59.html)
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.