Le nouveau produit vedette d’Apple, l’IPad, est commercialisé depuis ce week-end aux Etats-Unis. Inutile de présenter ce nouveau terminal à tout faire, cette nouvelle tablette numérique de la taille d’un livre, qui permet de jouer aux jeux vidéos, de lire des journaux et des livres, de surfer sur Internet et de regarder des films. Pour l’instant, seule la version Wi-Fi est disponible, l’Internet mobile est donc seulement disponible entre la cuisine, le salon et la chambre ! Mais cela n’a pas empêché un démarrage en fanfare, puisque plusieurs centaines de milliers d’appareils auraient été vendus ce week-end Outre-Atlantique - 700.000 disait hier soir un analyste, on attend les chiffres officiels. Evidemment, en parler ce matin, c’est en faire un peu « trop », on n’évoquerait pas un lancement de voiture ou de rasoir jetable… Mais c’est tout le génie d’Apple, de Steve Jobs, de faire un événement de la sortie d’un produit, d’abord en jouant sur le mystère, puis en gérant subtilement la rareté… Et pourquoi ça marche encore ? Tout simplement parce que le passé plaide pour le présent. En huit ans, Apple a multiplié par dix son chiffre d’affaires, qui s’élève maintenant à 50 milliards de dollars. Le passé récent, c’est le succès des derniers produits lancés par la marque à la pomme, l’Ipod et l’Iphone. L’Ipod, mis sur le marché au début des années 2000, domine le marché des baladeurs, il s’en est venu 250 millions dans le monde. Et l’Iphone, lancé en 2007, a créé l’Internet sur mobile. S’il n’est pas le seul à le faire, 75 millions d’exemplaires ont été écoulés en un peu plus de deux ans, il surclasse ses concurrents. Du coup, les consommateurs, et le marché boursier aussi d’ailleurs, parient qu’il n’y aura pas deux succès sans un troisième ! Quel est le secret d’Apple ? Ce n’est pas d’inventer, c’est d’innover. Autrement dit, son talent, celui de Steve Jobs, n’est pas de chercher et de trouver des nouvelles technologies qui la plupart du temps existent déjà, mais de lancer au bon moment une technologie qui rencontre un besoin. Dans le cas de l’Ipad, la technologie, c’est l’écran tactile et le grand écran, le besoin, c’est de lire, de regarder des vidéos tout en étant sur Internet. Bref, le coup de génie, c’est de vendre des contenus, les logiciels à tout faire : du matériel et des logiciels, tout cela au bon moment. Le succès est-il garanti cette fois aussi ? Difficile de savoir si la magie va fonctionner une nouvelle fois. Un échec, un iFlop n’est pas exclu, Apple en a déjà connu beaucoup qu’on a oubliés. Le risque, avec l’Ipad est double. Il faudra voir s’il n’est pas trop complexe, l’atout de l’Ipod et de l’Iphone, c’est sa simplicité. Et puis, les concurrents, HP, Samsung, Sony, voire Google ou Microsoft, tous ont des tablettes dans leurs cartons. Arrivée prévue en France, à la fin du mois, peut-être le 24. En tous cas, il serait beaucoup plus cher en France qu’aux Etats-Unis, où le prix de base est de 499 dollars. Dernier point à souligner, la presse écrite, les quotidiens, attendent avec beaucoup d’espoir l’Ipad, parce qu’ils espèrent vendre leurs contenus grâce à lui et enfin trouver un modèle économique sur Internet. Voilà pourquoi j’avais une raison supplémentaire pour en parler !

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.