Une question qui va peut-être inquiéter nos auditeurs ce matin : tous nos ordinateurs sont-ils en danger ?

On ne va pas affoler inutilement, mais c’est vrai que les milieux de l’informatique sont depuis quelques heures en mode vigilance orange, comme dit Météo-France. C'était évoqué dans le journal de 18 heures hier soir par Maxime Debs, c'est à la Une des Echos ce matin, on a appris l’existence de failles techniques sur les processeurs, les puces, des ordinateurs et de certains smart-phones, failles qui sont sérieuses et qui permettent théoriquement à des pirates, des hackers, de voler des données confidentielles : mots de passe, pseudos, numéros de cartes bancaires. J'imagine que ayant dit cela nos auditeurs sont devenus soudain encore plus attentifs ... Cela concerne surtout les processeurs Intel, et les noms des deux bugs, Meltdown et Spectre font penser à un film de James Bond. Mais ce n'est pas du cinéma. 

Concrètement, l’image est celle d’un coffre-fort. A côté de la porte officielle et verrouillée, codée, de tous les processeurs de moins de dix ans, il y a un petit trou minuscule qui peut laisser des super-experts cambrioleurs très malins et bien équipés. C’est plus grave qu’un bug sur une appli, une application (là, on connaît les mises à jour pour -selon formule- corriger un dysfonctionnement mineur), c'est plus grave parce que les failles se situent sur la machine elle-même, l’ordinateur, le portable (le hardware), ou le cloud, donc le cœur, le coffre-fort, de l’informatique. 

Alors, je disais qu’une partie de ce qui vient d’être dit est théorique, parce que des réparations sont déjà proposées ou vont l’être d’ici mardi, en partie automatiquement, via Windows ou Linux et qu’aucun hacking n’aurait été constaté pour l’instant. Bref, aucun train n’a été bloqué, aucune entreprise ou service public n’est tombé en rideau et il n’y a pas une vague de cambriolages numériques signalée.

Quoi qu’il se passe, cette crise ne sera pas sans conséquence

Oui, on ne peut pas se contenter de souligner la vulnérabilité et l’insécurité du monde face au numérique. Cette crise, qui touche Intel mais aussi son grand concurrent AMD, montre surtout la concentration du monde des processeurs entre deux ou trois acteurs. 

Ensuite, il se dit déjà que les pansements sur les processeurs vont ralentir la puissance des ordinateurs, jusqu’à 30 % dans certains cas, et qu'il faudra parfois les remplacer. 

C’est concret. Enfin, c’est sans doute un hasard, mais ce sont les équipes de Google qui ont révélé les failles. Mais dans l’immense bagarre pour loger et récupérer la valeur numérique, est-ce vraiment un hasard ?

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.