Les premières consultations officieuses ont démarré à la fin ... 2017, la partie officielle au printemps 2018, et l’on s’oriente vers un projet de loi après les municipales, au printemps-été 2020. Personne ne peut reprocher à Jean-Paul Delevoye de consulter et de reconsulter. Mais plus de deux ans, c’est un record.

Réforme des retraites : Edouard Philippe a promis de rendre public son calendrier la semaine prochaine
Réforme des retraites : Edouard Philippe a promis de rendre public son calendrier la semaine prochaine © AFP / Ludovic Marin

Je vais révéler un petit secret de fabrication d’un éditorial. Quand on ne sait pas très clairement quel angle retenir sur un sujet, quand on n’a pas d’avis évident (ça arrive et cela n’est pas indigne), la première planche de secours est de réclamer de la transparence : ça ne mange pas de pain. 

La deuxième porte de sortie est de... réclamer un débat : c’est pratique ! 

Et la troisième planche de salut est de dire : ça suffit ! 

Eh bien, sur les retraites, c’est un peu ce que l’on ressent ces jours-ci. Ça suffit ! Il est temps que le gouvernement dise où il va, à quelle allure et jusqu’où. Les premières consultations officieuses ont démarré à la fin ... 2017, la partie officielle au printemps 2018, et l’on s’oriente vers un projet de loi après les municipales, au printemps-été 2020. Personne ne peut reprocher à Jean-Paul Delevoye de consulter et de reconsulter. Mais plus de deux ans, c’est un record

Certes, il s’agit d’une réforme fondamentale, d’un changement profond de système qui va concerner tous les actifs – et donc la préparation des esprits est utile et il faut voir jusqu’au bout de la nuit si des consensus sont possibles. Sauf que l’on sait déjà qu’il n’y aura jamais aucun consensus, que la France ne ressemble pas aux pays nordiques, et que si aucune réforme n’avait été faite depuis 25 ans, les retraites ne seraient plus payées ou les taux de prélèvements ne seraient pas supportables. 

Edouard Philippe a promis de rendre public son calendrier la semaine prochaine, il faut espérer qu’il soit précis. Vous avez deux informations sur la méthode. 

  1. La nouvelle phase de consultations aura un air de déjà vu et de ressemblance avec le grand débat. Il y aura une plate-forme avec des questions ouvertes ou fermées sur les retraites, auxquelles les Français pourront répondre. 
  2. Emmanuel Macron est assez remonté parait-il contre les évaluations financières sur les retraites établies par le Conseil d’orientation du même nom. En 2017, les prévisions pour 2022-2025 étaient roses ; en 2018, l’horizon s’est assombri avant de se re-éclairer ; et en 2019, rebelote dans le rouge. 

A l’inverse, la CFDT conteste tout risque financier. Bref, on n'y comprend rien. Du coup, le président et le gouvernement envisagent de faire faire de nouvelles évaluations. Et bien sûr, il faudra qu’elles soient transparentes et débattues ! Exigeons-le.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.