C’est la rentrée pour des millions d’élèves. Mais 900 d’entre eux commencent un cursus très particulier.

C’est la rentrée aussi pour une nouvelle promotion de l’école 42, l’école créé par Xavier Niel il y a quatre ans. A Paris, cette école forme des futurs développeurs informatiques -en langage courant, on dit souvent des codeurs, mais selon les spécialistes cela ne veut rien dire. Cette année encore, il y a eu encore, paraît-il, 50.000 candidats pour 900 places. Ces étudiants entrent donc dans un cursus de plusieurs années, entièrement gratuit, mais sans enseignant spécifique et qui ne leur donnera pas un diplôme reconnu par l’État… C’est au minimum original. Si on en parle ce matin, c’est que c’est le symbole d’un pari réussi, lancé par un homme qui a mis 100 millions d’euros sur la table, et qui montre la plasticité nécessaire, la capacité d’adaptation indispensable, d’un système éducatif quand il existe des besoins nouveaux. L’école 42 est un OPNI, un objet pédagogique non identifié mais un réseau s’est créé, un écosystème, il faut le saluer, et le spécialiste de l’éducation Laurent Bigorgne établit un parallèle (il va surprendre) avec la création, en 1872, de Sciences Po Paris, créé sur fonds privés pour combler un vide.  

Mais est-ce la défaillance du système éducatif public ?  

Pas nécessairement. L’existence et la notoriété de cette école 42 permettent d’abord de réaliser combien le système d’enseignement supérieur privé est dynamique en France. On pense toujours universités et grandes écoles publiques ou privées, mais il y a des dizaines (des centaines) d’écoles de tous niveaux efficaces -presque toutes payantes. Alors, évidemment, si on était caustique, on s’étonnerait que les milliers d’enseignants-chercheurs de nos grandes universités scientifiques n’aient pas eu l’idée de lancer des formations en développement informatique. Bon. En réalité, le système éducatif public est par nature plus lourd à bouger. Pourquoi n'est-il pas sur ce créneau informatique ? Peut-être parce qu'il pense que ce type de formation est moins important que d’autres assurées aujourd’hui. Cela se discute. Peut-être parce qu'il calcule que ce métier de développeur n’aura qu’un temps avant le temps des robots. On en sait rien. Une pièce au dossier : d’ores et déjà, 150 entreprises auraient été créées par des étudiants et anciens étudiants de l'école 42.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.