Emmanuel Macron a donc appelé hier les propriétaires à baisser leurs loyers de cinq euros.

La dernière pique d'Emmanuel Macron à l'encontre des propriétaires qu'il encourage à baisser leur loyer de 5€
La dernière pique d'Emmanuel Macron à l'encontre des propriétaires qu'il encourage à baisser leur loyer de 5€ © AFP / ETIENNE LAURENT / POOL

Oui, pour compenser la diminution de cinq euros des aides personnelles au logement, les APL. Naturellement, cette déclaration a suscité beaucoup de moquerie et c’est vrai que cet appel a l’air un peu idiot. On imagine mal les propriétaires se réveiller et se dire : « ah oui, c’est vrai, bonne idée ». Alors, est-ce une vraie maladresse ? Pourquoi Diable Emmanuel Macron a-t-il remis un euro dans la machine après l’erreur de com de juillet sur les cinq euros ? Restons une seconde sur l’intention. Outre un côté provocateur, le président cherche évidemment à renverser la charge de la preuve, en transférant de l’Etat aux bailleurs la colère des locataires. Il est aussi cohérent -intellectuellement- avec une idée de la bienveillance qu’il a utilisée dans sa campagne (soyez gentils), ou -comme dirait Régis Debray- avec une forme de néo-protestantisme candide. Surtout, cette façon de chercher un point d’entrée grand public pour un sujet, il l’a déjà utilisée avec les notaires et les cars pour la loi qui porte son nom et en ciblant les prud’hommes pour lancer le débat sur le droit du travail. Et à chaque fois, il s'est passé quelque chose. Donc, pas question de le prendre pour un idiot.

Mais la bienveillance n’est pas vraiment une valeur en économie, si ?

Non ! Le gouvernement présentera sa réforme du logement la semaine prochaine, on verra quelles sont ses solutions. Ce qui est sûr, c’est que. Un : depuis janvier, les loyers ont baissé partout en France (de 0,6%), c’est la 2ème fois en vingt ans que cela se produit d’après le baromètre Clameur. Et rien à voir avec l’encadrement des loyers puisque c’est partout en France. Cette baisse représente à elle seule déjà cinq euros par mois ! Donc, un mouvement est en route. Deux : depuis des années, les politiques publiques soutiennent la demande, le pouvoir d’achat des locataires, ce qui a fait monter les prix, dix études l’ont montré. C’est donc sur l’offre, de terrains, des coûts, qu’il faut travailler. Trois : le message de Macron s’adresse aussi aux bailleurs sociaux. Une anecdote pour finir. En 2016, le gouvernement a décidé d’arrondir à l’euro inférieur toutes les aides au logement, cela a rapporté autant que la baisse de 5 euros sur trois mois, et personne n’en a parlé ! Conclusion : si le président a joué les provocateurs naïfs, il a mis la barre haut pour sa réforme du logement, et tout le monde l’attend au tournant.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.