Le 18e conseil des ministres franco-allemand se tient aujourd'hui à Metz. Peut-on en attendre grand-chose ?

Non, à moins d'une surprise, et c'est extrêmement dommage. Les deux gouvernements vont se retrouver comme c'est le cas chaque année, et malheureusement aucune initiative particulière -en tous cas forte- n'est prévue. Par exemple pour resserrer les liens, faire avancer la zone euro ou donner une impulsion positive à l'Europe dans son ensemble. On connaît les différences d'approche sur les réfugiés (en France on dit les migrants), sur Schengen, la priorité donnée à la lutte contre le terrorisme. Mais on aurait tort de sous-estimer les défis qui se posent aussi en économie. Cela fait trois ans que Paris et Berlin promettent de faire avancer la zone euro et trois ans qu'il ne se passe rien. La seule avancée concrète depuis 2012 est l'union bancaire, ce qui est paradoxal quand on se souvient des propos de François Hollande contre la finance !

Mais quels sont les besoins concrets ?

La petite reprise à laquelle on assiste en Europe fait oublier que l'euro reste une monnaie bancale. Une monnaie unique sans des politiques économiques, fiscales et budgétaires coordonnées marche sur une seule jambe et risque de tomber dès qu'il y a un peu de vent. L'expérience vécue depuis 2010, avec des crises à répétition, devrait pourtant servir de repoussoir. Or, on a l'impression que tout continue ou presque comme avant. Aucune avancée sur le rapprochement des impôts. Aucune avancée sur les déséquilibres commerciaux. Et Le grand écart se maintient sur les finances publiques entre Paris et Berlin. Et il n'y a toujours pas d'institutions clairement identifiées de la zone euro. Sans la Banque centrale européenne, la zone euro et ses dirigeants seraient nus comme des vers.

Quelles sont les échéances ?

Angela Merkel et François Hollande jurent qu'ils feront des propositions après le référendum britannique de juin. Pourquoi pas avant ? Pour ne pas peser sur le scrutin. C'est une plaisanterie. A l'automne, on nous dira que c'est trop tard, c'est-à-dire trop proche des élections françaises et allemandes, toutes deux programmées en 2017. Tout cela est désolant et l'histoire sera sévère.

Dominique Seux publie ces jours-ci, en France et en Allemagne, un livre d'entretiens avec les deux ministres allemand et français des finances, Wolfgang Schäuble et Michel Sapin, sur l'identité européenne, les deux pays, l'euro, la Grèce, etc.

Ce livre s’appelle Jamais sans l’Europe ! Entretiens croisés de deux Européens Convaincus aux éditions Débats Publics.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.