Les données sur l’âge des départs en retraites en 2019 ont été publiées hier. La réforme en débat changera surtout la vie des salariés du secteur public parce que le secteur privé est déjà à 63 ans.

 La réforme en débat changera surtout la vie des salariés du secteur public parce que le secteur privé est déjà à 63 ans
La réforme en débat changera surtout la vie des salariés du secteur public parce que le secteur privé est déjà à 63 ans © Getty / PhotoAlto/Jerome Gorin

C’est intéressant dans le cadre du débat sur la réforme des retraites. La Cnav a publié les âges de départ du privé, mais on peut extrapoler au-delà du privé je crois. 

L’an dernier, l’âge moyen de liquidation de la pension dans le privé s’est approché des 63 ans (62 ans et dix mois). En quinze ans, on est passé de 61 à 63 ans. Si on élargit cette tendance aux autres catégories de Français (encore une fois grossièrement), les fonctionnaires des collectivités locales sont partis à 62 ans, ceux de l’Etat à 61 ans et demi et ceux des hôpitaux à 59 ans et demi. A EDF, cela a dû être proche de 58 ans, à la SNCF de 57 et à la RATP de 56 ans. 

Attention, ce sont des moyennes : dans le secteur privé par exemple, un quart des personnes ont liquidé leur pension de façon anticipée, parce qu'elles ont commencé à travailler avant vingt ans. Ainsi aussi, un commercial de la SNCF part plus tard qu’un aiguilleur même si c’est plus tôt que n’importe quel autre commercial du privé. Tout cela fait beaucoup de chiffres, mais au total retenons qu'il y a dix ans d'écart entre le départ d'un conducteur de la SNCF (53 ans et demi) et le départ d'un salarié lambda du privé (63 ans et demi). 

Qu’en conclure ? 

Première évidence : le secteur privé est en moyenne déjà au-dessus de l’âge légal de 62 ans, c'est déjà dans les têtes. 

Le deuxième point est de rappeler qu’une partie (40%) des salariés du privé ne sont plus en emploi quand ils liquident leur retraite, mais cette proportion diminue et tant mieux. 

Le troisième point est qu’avec la réforme de Marisol Touraine, votée sous François Hollande, l’âge de départ va naturellement continuer de grimper pour tout le monde. 

Evoquons maintenant la réforme Macron-Philippe. Un âge pivot de 65 ans dès 2025 aurait certainement changé la donne pour tous mais trop rapidement et trop violemment, cette borne trop proche a été heureusement abandonnée, en tous cas repoussée. 

La conclusion est que quand on regarde les conditions actuelles de départ, on voit que le débat sur l’âge concerne infiniment plus les régimes spéciaux et dans une moindre mesure le secteur public que le secteur privé. 

Qu’est-ce que cette conclusion dit des mouvements actuels ? Ce que vous voulez mais mon petit doigt me dit que ce n'est pas difficile à trouver.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.