La nouvelle concurrence bouscule la SNCF et Air France. Mais La Poste, elle aussi, doit relever des défis.

La SNCF est concurrencée par l’avion, les cars et le covoiturage - mais son métier, le transport, existe encore ; Air France est mise au défi par les compagnies à bas prix ; mais le transport aérien va mieux que jamais. Mais pour La Poste, qui va dévoiler aujourd’hui sa stratégie en matière numérique, le choc est au fond presque encore plus violent. Pourquoi ? Parce que c’est le cœur de son métier même, le courrier, que le numérique met en pièces. En 2007, elle avait transporté 18 milliards de lettres et de petits colis ; l’an dernier, c'était 13 milliards ; et le pronostic pour 2018, c’est 9 milliards, donc moitié moins en dix ans ! Et les Français sont de moins en moins en contact avec La Poste. Combien de courriers trouvons-nous dans la boîte aux lettres ? Plus beaucoup. Du coup, l’entreprise se débat comme un beau diable. Alors, elle n'est pas sans solution. Sur la moitié de son activité, la banque et le colis express, elle s'en tire bien. Savez-vous qui est devenu le premier client de La Poste ? Amazon, pour transporter ses colis. Pour le reste, Philippe Wahl, le patron de groupe public, qui présentera tout cela aujourd’hui, fourmille d’idées. D’abord pour améliorer les services existants. Par exemple, pour avoir un suivi de ce qu’ils transportent et informer les clients, 90.000 facteurs ont été équipés depuis juin de smart-phones. Autre exemple : inutile désormais d'aller à La Poste pour expédier un colis ; il suffit de le déposer dans sa boîte aux lettres, c’est le facteur qui le prendra. Et on peut renvoyer par sa boîte aux lettres les articles du e-commerce que vous n'avez pas aimés. Elle lance aussi le coffre-fort numérique, le stockage de données.

Est-ce que cela va suffire à sauver La Poste ?

Dans dix ans, elle n'aura pas la même taille. Elle compte aujourd'hui plus de 200.000 salariés. Son atout, c'est que les Français trouvent leurs facteurs plutôt sympathiques. Mais quand le business principal s'effondre, vous pouvez proposer des services, être inventifs, mais vous n'y pouvez pas grand-chose. Donc, ça va être difficile.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.