François Hollande devrait en dire plus ce matin, sur la baisse d'impôt qu'il a promise.

Oui, ce sera son annonce économique de ce matin, à côté d’un projet de loi sur le droit du travail début 2016. Vous savez, j'ai regardé : il y a des baisses d'impôt avant chaque élection présidentielle depuis vingt ans – sauf une fois, et je vous laisse deviner laquelle… Chirac en 1988, Balladur en 95, Jospin en 2002, Villepin en 2007, tous ont sorti leur chéquier (enfin le nôtre!) … sauf Sarkozy en 2012, il a au contraire relevé les impôts pour commencer à boucher les trous -et cela ne lui a pas réussi. Donc Hollande aussi. Alors, là, cette fois, il y a d’abord ce que l’on sait. Ce sera un allégement de l'impôt sur le revenu, pas de la CSG, d'environ deux milliards d'euros. Il y a ce que l'on ne sait pas : la modalité pratique et technique. Mais le plus important, c'est au fond de savoir qui cela va concerner. Cette année, après trois années de tour de vis, plus de neuf millions de Français ont eu droit à un petit cadeau, soit qu'ils redeviennent non imposables, soit qu'ils en paient moins. Ce sont les plus modestes. Eh bien, en 2016, cela devrait être la même chose ou à peu près. Les ménages bénéficiaires seront un peu moins modestes, peut-être jusqu'à 25.000 euros de revenus annuels pour un célibataire et 35.000 pour un couple. Et pour ceux qui ont davantage de revenus, se demandent une partie des auditeurs ? A priori, la baisse serait neutralisée (comme on dit dans la police) pour qu'ils ne soient pas concernés.

Si cela se confirme, cela vous inspirerait une suggestion …

Exactement. Si on se résume, il y aura eu quatre années de hausse très forte des impôts, et deux années de baisse pour une partie des contribuables. Le gouvernement s'est fendu cet été d'une belle lettre personnelle pour informer les heureux gagnants de la bonne nouvelle. En juillet 2016, il le refera. On pourrait l'inviter à écrire courageusement et personnellement de la même manière aux autres, ceux dont les impôts restent élevés, ceux qui ne sont ni Liliane Bettencourt ni trader ni footballeur, pour leur expliquer à quoi a servi l'argent, pourquoi ils ne sont pas concernés par les allégements … voire (soyons fou) les remercier.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.