Les Français seraient, selon vous, plus libéraux que les responsables politiques.

Deux sondages troublants viennent de paraître qui amènent à se poser la question sérieusement. La question, la voilà : nos dirigeants seraient-ils d’un autre temps, ringardisés par une opinion publique qui raisonne désormais différemment, qui voit le monde différemment ? On pense notamment aux générations les plus jeunes. Il faut se méfier de ceux qui voient des tournants à chaque coin de rue. Mais, là, il faut regarder de près. La semaine dernière, une enquête pour le magazine Challenge a montré que pour plus de six Français sur dix, les patrons ont eu raison de se mobiliser pour exprimer leur souffrance et leur ras le bol (c’était la question posée). Je n’avais jamais vu cela. Dans le détail, les sondés appuient la quasi-totalité de leurs revendications, par exemple sur la complexité du dispositif pénibilité. Première surprise !

La seconde est apportée ce matin par un sondage publié par Les Echos sur la loi Macron.

Vous savez qu’Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, présentera mercredi en conseil des ministres son projet de loi. On y trouve des mesures sur le travail du dimanche, les professions réglementées, le transport par autocar etc. etc. Eh bien, selon un sondage Odoxa, les Français, s’ils étaient députés, voteraient à 58% la loi Macron -41% diraient non. Dans le détail, 70% des Français sont même favorables à l’ouverture des magasins le dimanche, résultat nettement plus élevé qu’il y a quelques années. Le ministre Macron a une bonne popularité, avec deux tiers d’opinions positives sur lui. Et donc sa ligne économique, alors même que 86% des sondés ont une mauvaise opinion de la politique économique du gouvernement.

C’est quand même paradoxal, non ... ?!

Oui ! Les Français n’aiment pas la politique économique du gouvernement, mais aiment le ministre de l’Economie qui la mène. Comment comprendre ? Il est là depuis peu de temps, il arrive avec de nouvelles idées qui intéressent. Naturellement, on peut douter des sondages, contester leur sérieux ; mais ils sont convergents. Naturellement, la discussion sera serrée au Parlement parce que le PS a annoncé qu’il n’accepterait pas d’aller aussi loin que ne le veut Macron sur le travail du dimanche. Et puis, on sait que les notaires, les huissiers sont remontés contre la loi donc on va les entendre.

Mais votre lecture est qu’il y a un changement d’état d’esprit ?

Les Français ont peut-être plus changé sur l’économie que les politiques, de droite ou de gauche. Si on ne veut pas dire plus libéraux -le mot est tabou-, on va dire plus libres dans leurs jugements. Cela ne change pas leur regard sur des sujets comme l’ISF (et oui ce n’est pas prioritaire) et les inégalités. Mais sur la façon de refuser les débats secondaires et plus politiques qu’économiques. Après les grèves de 1995, après le non au référendum de 2005, 2015 ouvrira peut-être une nouvelle phase -plus rationnelle.

Les liens

Le blog de Dominique Seux

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.