Un sondage montre que les Français seraient prêts pour un virage libéral ? Expliquez-nous ça !

C’est un sondage réalisé par la Sofres pour les Journées de l’économie, une manifestation qui aura lieu à Lyon dans quelques jours. Que dit ce sondage -vous allez voir- surprenant et passionnant ? Ceci. Plus des trois quarts des Français (77%) sont favorables à ce que l’on allège les règles qui encadrent l’activité économique par exemple le droit du travail, fiscal ou de l’environnement. Et ceci encore. 60% disent oui à la libéralisation de l’économie avec la privatisation de services publics ou l'ouverture à la concurrence. Je suis journaliste économique depuis plus de vingt ans, je n’ai jamais vu des résultats aussi nets. Alors, on peut apprécier ou pas ces résultats, ils sont là. Certes, il faut se méfier des sondages, mais d’autres vont dans le même sens, sur le temps de travail on l’a vu la semaine dernière. Bref, il se passe quelque chose.

Mais quoi ? Un éditorialiste politique dirait peut-être que c’est le glissement de la France vers la droite. En réalité, c'est peut-être surtout l’envie exprimée par les Français d’essayer autre chose que ce qu’on essaie depuis des années, les vieilles recettes réglementaires et de suspicion générale qui marchent moyennement. Emmanuel Macron a senti ce changement d'état d'esprit, Manuel Valls, et une partie de François Hollande aussi ; mais, dans l'action, ils prêtent davantage l'oreille à ceux pour qui liberté rime seulement avec poulailler (comme renard dans le poulailler). A droite, les trois prétendants Fillon, Juppé et Sarkozy vont surfer sur ce sentiment que l’économie a besoin de libertés, mais ils seront sans cesse renvoyés à leur bilan. Au fond, le paradoxe, c’est que la majorité des Français veulent de la liberté, mais que le parti qui a le vent en poupe, le FN, défend une économie totalement administrée.

Il y aussi un autre message pour le FN.

61% des français estiment que l’euro ne doit absolument pas être remis en cause. C'est notable parce que le résultat est exactement le même qu’il y a dix ans, bien avant les crises successives qui l'ont bousculé ces dernières années.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.