L’empire américain du divertissement Disney va développer une nouvelle activité : une plateforme de vidéo par abonnement.

Disney va lancer un Disneyflix, autrement dit un Netflix des produits Disney.
Disney va lancer un Disneyflix, autrement dit un Netflix des produits Disney. © Getty / CatLane

Pour préciser, je vais employer le surnom qui circule à Hollywood : Disney va lancer un Disneyflix, autrement dit un Netflix des produits Disney.  Moyennant une poignée de dollars par mois, une famille pourra accéder à toute une série de vidéos Disney, des anciens mais aussi des nouveaux, dont une série « Star wars ». 

Ce qui est intéressant là-dedans, c’est de voir une vénérable maison bientôt centenaire obligée de copier une jeune entreprise de 20 ans pour éviter de perdre des millions de clients, alors qu’elle a un catalogue fabuleux, de Mickey à la Guerre des étoiles en passant par les superhéros Marvel. 

D’où vient le succès de Netflix ?    

Netflix, c’était au départ un simple loueur de DVD livrés à domicile créé en 1997 par Reed Hastings, un entrepreneur vexé d’avoir dû payer 40 dollars pour avoir rendu en retard un film.  La start-up a fait ensuite trois basculements majeurs.  

  • D’abord, elle est allée de la location à l’unité vers l’abonnement. 
  • Ensuite, elle est passée du DVD au téléchargement via Internet. 
  • Enfin, elle s’est lancée dans la production après avoir acheté des contenus à des firmes comme Disney

Netflix dépense 8 milliards de dollars cette année pour enrichir son offre.  Résultat : plus de 130 millions d’abonnés dans le monde, dont plus de 3 millions en France et une valeur en Bourse de 150 milliards de dollars, pas très éloignée de celle de Disney.  

Y a-t-il une différence entre les programmes Disney et Netflix ?   

Je ne passe pas des heures devant la télévision, mais il y a une différence visible à l’œil nu. Disney, ce sont des programmes made in USA vendus dans le monde entier.  Netflix, c’est aussi beaucoup de programmes fabriqués ailleurs qu’aux Etats-Unis et qui réussissent dans plusieurs pays.  Disney, c’est l’américanisation du monde.  Netflix, c’est la mondialisation des contenus.  Certains y verront un risque d’uniformisation, d’autres une formidable ouverture.

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.