Une question toute simple ce matin : le numéro de téléphone va-t-il tuer nos comptes bancaires ?

L'implication grandissante du téléphone dans notre univers bancaire
L'implication grandissante du téléphone dans notre univers bancaire © Getty / Daniel Grizelj

Oui, un haut responsable de la Banque centrale européenne a annoncé assez discrètement vendredi que la BCE travaille sur un système qui permettra, avant la fin de l’année, d’effectuer des paiements et des virements par le seul intermédiaire des numéros de téléphone. Soit entre deux numéros de téléphone. Soit avec un portable pour payer en magasin, en lien avec la caisse enregistreuse. Et il y a d’autres idées encore. Bref, plus besoin d’utiliser le fameux numéro IBAN que personne ne retient jamais et dont on oublie s’il compte huit, dix ou treize chiffres et trois lettres. Autre innovation pour laquelle un appel d’offres européen est lancé ce lundi : le paiement instantané. Quand on fait un virement aujourd’hui, en France ou en Europe, il y a un certain délai entre l’ordre et l’exécution. Demain, ce sera immédiat, et cela suppose évidemment des infrastructures techniques lourdes.

Quel sens tout cela a-t-il, Dominique ?

Le sens de tout cela, c’est que les banques n’auront plus demain le monopole du transfert d’argent. La concurrence arrive dans un secteur où elle a quand même été longtemps absente. Au fond, que veut dire un numéro de portable qui devient plus visible que le numéro de compte ? Cela signifie que les opérateurs télécoms peuvent et vont rentrer dans cette activité, la simplicité sera en leur faveur. Que signifient le virement et le paiement instantanés ? Que les cartes bancaires ont un gros gros problème. A quoi vont-elles désormais servir si les mobiles les remplacent ? Les commerçants seront ravis de s’en passer puisque les cartes demandent des commissions. Des initiatives ont déjà été lancées ces dernières années, comme autrefois Paypal, aujourd’hui le compte Lydia, qui a un gros succès auprès des étudiants. Mais tout le secteur financier attend de voir le succès ou non du lancement d’une banque par Orange – Orange Bank d’ici la fin juin. Les banques classiques conserveront des atouts forts comme les crédits (immobiliers ou pas). Mais incontestablement, la banque est un secteur qui, cette année, doit être regardé de près parce qu’il sera bousculé. Tant mieux.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.