Vous avez décidé de nous reparler ce matin du G20 qui s’est tenu en Chine… lundi dernier !

Oui, cela peut sembler bizarre, mais je m’explique. Effectivement, la réunion des dirigeants des vingt pays les plus riches du monde à Hangzhou a eu lieu dimanche et lundi. Mais voilà : commenter à chaud un événement, c’est bien. Regarder ce qui s’est passé depuis, si il a déclenché quelque chose, à quoi il a servi c’est intéressant aussi. Et hélas, ce G20 -une fois de plus- n’a pas eu d’effet en tous cas visible. Et donc n’a pas été utile – ce qui est extrêmement regrettable dans la période tourmentée que nous connaissons. Impact zéro sur les marchés financiers, impact zéro dans l’opinion publique, impact zéro dans les milieux économiques : cela montre l’impuissance des dirigeants à redonner de la confiance dans la direction que prend l’économie mondiale et leur difficulté à bâtir une stratégie commune.

La lecture du communiqué final l’illustre.

Oui, le texte est long, rédigé dans une sorte de novlangue qui devient insupportable. Il y a 48 paragraphes dont je vais vous lire des petits extraits qui honnêtement ne veulent rien dire. Je cite. Les dirigeants s’engagent à mettre en œuvre des actions transversales majeures en lien avec des partenariats pluridimensionnels. Ils promettent de promouvoir une économie innovante, revigorée, interconnectée et solidaire qui passera par un scénario global et intégré en faveur d’une croissance forte. Quel charabia ! En réalité, ces communiqués sont discutés pendant des semaines avant la rencontre par des experts. Je ne mets pas ma tête à couper que les chefs d’État les lisent.

Ces G20 ne servent donc à rien du tout ?

Il y a parfois des avancées comme en 2009, en pleine crise financière. Il est aussi utile qu’Obama, les Chinois, les Brésiliens, les Européens, les Japonais, les Indonésiens etc. se parlent. Mais l’absence de résultat concret et visible ne peut que creuser le fossé entre les peuples et les gouvernants. Il est étrange que ces dirigeants ne soient pas capables de dire avec des mots simples que oui, le système économique fait progresser le niveau de vie de la grande majorité de l’humanité et il y a d’ailleurs trois milliards d’hommes et de femmes de plus sur terre qu’il y a vingt-cinq ans. Mais que le système, malgré cette efficacité-là, ne tourne plus très rond et qu’une coopération renforcée est urgente. Si les G20 ne changent pas et se contentent de la photo de famille, autant les supprimer.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.