Ce matin, Jean-Luc Mélenchon : derrière l’homme, le programme.

Jean-Luc Mélenchon est à la mode et bénéficie d’une poussée sondagière. Le candidat de la France Insoumise a adouci son image, on ne chante plus l’Internationale dans ses meetings, il recueille des voix de Benoît Hamon, et comme la présidentielle est en France la rencontre d’un homme et d’un peuple, on ne regarde pas trop les programmes. Son projet doit pourtant être ausculté de près. L’axe central est l’ouverture d’un guichet de dépenses supplémentaires, de 273 milliards d’euros, dont les deux plus importantes sont un grand plan d’investissement public et le retour à la situation d’avant 2004 pour la retraite, alors même que l’espérance de vie continue de grimper. Ces dépenses seraient financées par des hausses d’impôts et la création monétaire. Car derrière le projet, il y a la fin de l’euro. Jean-Luc Mélenchon dit qu’il essaierait d’abord un plan A, obtenir que la Banque Centrale Européenne revienne sous contrôle politique pour financer directement la dette publique. En réalité, le plan B est sûr à 100 % parce que l’indépendance de la banque centrale est dans l’ADN des Allemands depuis le souvenir de l’hyperinflation des années 1930. Le projet Mélenchon se ferait donc sans l’euro. Laisser croire que l’euro est ce qui empêche de raser gratis est le miroir aux alouettes de l’élection 2017.

Son projet repose également sur deux présupposés.

Le premier c’est la relance. Davantage de dépenses publiques est supposé créer de la croissance et de l’emploi. Mais si c’était la recette miracle et garantie, nous serions les champions d’Europe de la croissance puisque nous sommes déjà les champions d’Europe des dépenses publiques. Ensuite, Mélenchon suppose que la France peut faire ce qu’elle veut. Ainsi, il veut taxer à 90 % les revenus au-dessus de 33.000 euros par mois. Une idée évidemment propre à séduire. Mais il faut noter que c’est plus dur que ce qui a jamais été fait y compris par Roosevelt et que cela aurait pour conséquence que beaucoup d’artistes, de sportifs, de créateurs dans tous les domaines -pas seulement économiques- quitteraient la France et qu’il ne suffirait pas d’en appeler à leur sens patriotique pour que cela n’arrive pas. Le projet aussi lunaire que lyrique de Mélenchon, il faut le regarder en détail et c’est d’autant + facile qu’il est accessible, ludique et plaisant à consulter sur son site.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.