… Et cela n’est pas près de s’arrêter.

De nombreux colis s'accumulent dans un centre logistique de l'entreprise Amazon : les ventes sont particulièrement nombreuses en ce moment
De nombreux colis s'accumulent dans un centre logistique de l'entreprise Amazon : les ventes sont particulièrement nombreuses en ce moment © AFP / ROLF VENNENBERND / DPA / dpa Picture-Alliance

On le voit aujourd’hui avec l’introduction en Bourse, au Nasdaq de New-York, de Airbnb, qui a logé 825 millions de personnes depuis sa création il y a sept ans. Cette entreprise, qui a révolutionné le tourisme, a perdu un milliard de dollars au premier semestre. Et pourtant sa capitalisation dépassera sans doute 40 milliards de dollars ce soir. Et tout cela pendant la crise du coronavirus. 

En réalité, cette crise est un accélérateur fantastique du numérique, partout et pour tout le monde

Amazon, UberEats, les plates-formes de communication comme Zoom, les réseaux sociaux … : chacun connaît la liste. Mais ce n’est pas tout. Cette semaine, la Société Générale et le Crédit du Nord ont annoncé la fermeture de 600 agences bancaires. Ikea abandonne son catalogue papier et peut-être un jour ses magasins. 

Gilles Babinet, le délégué de la France à la Commission européenne pour le numérique, utilise l'image suivante : le coronavirus nous fait passer de la deuxième à la troisième révolution industrielle, celle du numérique, comme le télégraphe, les câbles sous-marins transatlantiques ou la Ford-T avaient fait passer le monde il y a un siècle de la première à la deuxième révolution industrielle. 

C’est un choc. Bien sûr, ce sont les Américains qui mènent la danse, et ils ont déjà pris la main sur la bataille suivante : celle du "cloud". Mais il y a plus important : 

Ce moment est darwinien pour toute l’économie

Il y a les gagnants, ceux qui passent au numérique, et ceux qui n’y arrivent pas, ce sont les perdants. Autant vous dire que le commerce physique n'a pas fini d'être challengé. 

Amazon refuse de donner son chiffre d’affaires du Black Friday, mais on sait que c’est le plus élevé de toute son histoire. Les appels au boycott ont fait un bide. Les consommateurs ont voté. Et ça c’est instructif… 

Le Digital remplace petit à petit le Physique, comme, dans la vie professionnelle, le distanciel et le télétravail ont gagné du terrain face au présentiel. Sur ce point précis, le travail, on doit toutefois être moins affirmatif que sur le commerce parce que le travail est aussi un lieu de relations sociales et c'est tellement important. 

Pour avoir la réponse, on verra ce que va devenir le quartier de La Défense, près de Paris, avec ses immenses tours quasiment vides actuellement. Est-ce une parenthèse ou appartient-il déjà au passé ? Je n’ai pas la réponse. Mais tout cela est vertigineux.

L'équipe
  • Dominique SeuxDirecteur délégué de la rédaction des Echos et éditorialiste à France Inter