Vous revenez sur ce que Donald Trump dit de l’économie...

Hier il y a eu quelque chose d’étonnant. Une partie de la France a tellement envie de faire rentrer cette élection dans son propre schéma de pensée -échec de la mondialisation-, qu’elle minimise d’autres facteurs -identitaires, raciaux, épuisement du système politique, déconnection des élites, envie d’un homme fort-, facteurs qui sont plus compliqués. Trump, rappelons-le, a été élu par 1/4 des électeurs et avec moins de voix que Clinton. Cette focalisation minore aussi le rôle joué par la politique-spectacle et par les mensonges de Trump comme du Brexit. Deux exemples : le président-élu dit qu’il va s’occuper de ceux qui sont au bas de l’échelle. Eh bien, pendant les primaires, il a d’abord dit que le smic était trop haut (!), puis il a évoqué du bout des lèvres un smic à 10 dollars l’heure quand Clinton parlait de 12. Deuxième exemple : Trump a l’intention, il l’a dit, de supprimer (!) les lois qui ont régulé la finance depuis 2008. A partir de là, soit il appliquera son programme, et c’est n’importe quoi. Soit il ne l’appliquera pas, et il a menti.

Cela étant, il y aura de vrais changements économiques au niveau mondial pendant le mandat Trump.

On l’a souvent évoqué, le commerce mondial entre dans une nouvelle phase y compris en Europe. Jusqu’en 2000-2005, la mondialisation commerciale s’est faite à l’avantage des pays disons du Nord, qui y ont gagné des baisses de prix fantastiques. Mais les pays du Sud ont émergé et leur capacité industrielle a dépassé ce qui était imaginé -tant mieux pour eux. Le dentifrice est sorti du tube. Les entreprises solides y ont gagné, mais cela a tué les plus faibles et les Etats n’y ont pas pris garde. Un grand deal mondial sur les salaires, un commerce équitable, aurait été le bienvenu, mais cela ne s’est pas fait. Du coup, les cartes vont se réajuster avec des barrières mais dans le conflit et la douleur. Avec deux conséquences. 1 : il y aura peut-être un petit mieux pour les travailleurs, mais ce sont les consommateurs qui vont trinquer, des prix vont augmenter. Le politiques ont toujours privilégié les consommateurs par rapport aux travailleurs parce que les consommateurs sont tout simplement plus nombreux que les travailleurs 2 : ce n’est pas la fin de la mondialisation, qui prend bien d’autres voies que le commerce, comme la circulation des idées, de la culture, des données numériques et des hommes et femmes.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.