Vous avez lu le rapport annuel de la Cour des Comptes. Il y a ce qu'elle écrit mais il y a aussi ce qu'elle sous-entend, et qui est resté inaperçu, par exemple sur le tabac.

La Cour des comptes réclame une amplification de la lutte contre le tabagisme parce que les indicateurs sont préoccupants. En France, la proportion de fumeurs n'a pas baissé depuis quinze ans alors qu'elle a reculé de dix points en dix ans au Royaume-Uni. Cet automne, le nombre de décès liés au tabac a été réévalué à la hausse à 78.000 par an. Au-delà du paquet neutre, la Cour invite sèchement le gouvernement à relever les prix sensiblement : en 2015 et cette année, ces prix du paquet sont restés inchangés, pour la première fois depuis longtemps. Mais pourquoi les pouvoirs publics n'y ont-ils pas touché ? Officiellement, pour ne pas bousculer les buralistes à l'approche du paquet neutre, dans trois mois. En réalité, écrit la Cour, il s'agit (je cite) d'optimiser le rendement financier à la fois pour l’État, les industriels et les débitants de tabac. Le montant total des recettes liées au tabac dépasse les 14 milliards d'euros, est-il rappelé en note de bas de page. Optimiser le rendement, le mot, cynique, fait froid dans le dos quand on parle de santé.

Mais la Cour enfonce le clou.

Afin d'obtenir un gel des prix, les buralistes et les industriels du tabac avancent un argument depuis des années. Les augmenter, c'est encourager la contrebande de cigarettes, la contrefaçon, l'achat sur Internet ou dans les pays frontaliers. Donc, c'est inutile et stupide. Et l'étude la plus récente dit que le marché illicite représente un quart de la consommation de tabac, cela a l'air de confirmer la thèse. Sauf que ces études sont financées par l'industrie du tabac ; Pour l'administration, c'est beaucoup moins mais, alors que la Cour avait réclamé des travaux sérieux, aucune mesure fiable n'existe. L'exaspération pointe sous la plume du juge des comptes. Dernier exemple bizarre, on n'arrive pas à y voir clair sur le coût pour le système de santé des soins liés au tabac. L'assurance maladie parle de 12 milliards, l'observatoire des drogues et toxicomanies du double. La Cour ne comprend pas cet écart, sans dire s'il cache des intérêts institutionnels ou pas. Bref, voilà trente pages instructives qui vont au-delà de la polémique stérile sur le paquet neutre.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.