L’horizon s’est éclairci depuis vendredi pour la disponibilité en France des vaccins anti-Covid. C’est une bonne nouvelle. A ce micro, mardi dernier, on évoquait les risques de pénurie de vaccin en février,

Le risque de pénurie de vaccins s'éloigne
Le risque de pénurie de vaccins s'éloigne © Getty / Alain Bachellier

Et vendredi, en échangeant avec Thomas Piketty, on se demandait (on, c’est je), on se demandait ce qui se passait sur le vaccin AstraZeneca sur qui toute l’Europe compte parce qu’il facile à utiliser. 

Plusieurs informations sont tombées, rassurantes

La première est que la France bénéficie du fait que certains pays européens, comme la Pologne, ne demandent pas autant que prévu de vaccins Pfizer, et les livraisons seront donc un peu plus élevées que prévu, dès février. 

La deuxième bonne nouvelle est que l’Europe a commandé vendredi 300 millions de doses supplémentaires de ce vaccin germano-américain. La troisième bonne nouvelle est que le vaccin AstraZeneca sera officiellement passé à la loupe par l’Agence européenne du médicament avant la fin du mois et s’il est autorisé, il sera disponible dans quelques semaines. 

Au total, qu’est-ce que cela veut dire ?

  • 1 – que les industriels font des efforts énormes pour accélérer et que le gouvernement se débrouille bien sur ce aspect-là des choses. 
  • Et 2- cela veut dire que l’étau se desserre. La France recevra assez de vaccins pour piquer plus d’un million de personnes d’ici la fin janvier, plus de 4 millions d’ici la fin février et plus de 7 millions d’ici la fin mars. Soit la quasi-totalité des résidents en EHPAD, des soignants de plus de 50 ans et des Français de plus de 75 ans – en tous cas pourront être vaccinés tous ceux qui le souhaitent. 

Ce sera le tour des 65-75 ans au plus tard en avril. Des villes comme Nancy ont annoncé que la vaccination des plus de 75 ans vivant à leur domicile commencera ce mercredi – et peut-être même avant. 

Cela sera-t-il néanmoins suffisant ? Le Royaume-Uni prévoit quand à lui de vacciner 15 millions de personnes d'ici le 15 février - 200.000 personnes par jour...

Reste bien sûr l’organisation technique et sanitaire concrète : il faut vite monter à plus 50.000 vaccinations par jour

Reste aussi l’information. On attend dans les heures qui viennent la mise en ligne d’un compteur qui donne au moins une fois par jour officiellement, par âge et par région, le nombre de Français vaccinés. 

Il est invraisemblable qu’une des premières puissances mondiales tarde autant alors que tous les grands pays le font depuis deux semaines au moins. 

A la minute où je vous parle, on sait que 643.000 Italiens ont été vaccinés -surtout des 40-70 ans.

L'équipe
  • Dominique SeuxDirecteur délégué de la rédaction des Echos et éditorialiste à France Inter