Les vingt-un pays riverains du Pacifique sont réunis à Pékin pour le sommet annuel de l’APEC, le forum de coopération économique Asie-Pacifique…

Oui, et si nous regardons assez distraitement les images qui nous parviennent, nous avons bien tort. Elles sont sans doute plus importantes que d’autres images qui, elles, sont largement commentées. Il y a quelques jours, nous avons été suspendus aux résultats des élections américaines qui ont sanctionné Barack Obama ; dimanche (avant-hier), nous avons été émus par le 25ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin. Ce que disaient ces images-là, c’est dans un cas la paralysie de la démocratie américaine et dans l’autre la nostalgie d’un temps où les événements importants se passaient en Europe –en l’occurrence la libération d’un continent. En revanche, ce qui se passe à Pékin depuis hier montre quelque chose de très actuel : c’est là-bas, dans la zone Asie-Pacifique, que bat le cœur du monde. Avec les trois premières économies mondiales sur la même photo : Etats-Unis, Chine et Japon.

La nouveauté est que Pékin affiche ouvertement ses ambitions.

Outre les pays que je viens de citer, ce sommet de l’APEC réunit des pays comme la Corée, le Mexique, la Russie, l’Indonésie. La dernière fois qu’un sommet de l’APEC avait eu lieu en Chine, c’était en 2001. Depuis, tout a changé. La Chine a grimpé au rang de deuxième économie de la planète, en doublant le Japon et l’Allemagne et la taille de son économie a été multipliée -en dollars- par sept !! Et Pékin veut être au centre du jeu. Et l’est. Hier, la Chine et la Corée ont annoncé un gros partenariat de libre-échange ; entre les capitales chinoise et russe, on parle d’une ligne de TGV de 7.000 kms pour remplacer le mythique transsibérien. C’est une entreprise chinoise qui a remporté le contrat pour le premier TGV en Amérique latine, au Mexique –finalement annulé. Pékin a les moyens de ses ambitions.

Tout cela énerve et inquiète passablement les Etats-Unis.

Oui. Au XXème siècle, les Etats-Unis ont pris la place de l’Europe comme puissance dominante ; au XXIème siècle, vont-ils céder la place à la Chine ? On n’en est pas encore là, mais c’est possible. Barack Obama et Xi Jinping vont passer une journée ensemble demain. Mais derrière les sourires, c’est crispé. Il y a eu des affaires d’espionnage. Il y a aujourd’hui une bataille géopolitique, avec une incroyable –spectaculaire et inquiétante disons-le – progression des dépenses militaires chinoises. Pékin veut contrôler ses accès maritimes et n’entend plus laisser la septième flotte américaine seule sur les mers. C'est la bataille du leadership des trente prochaines années qui commence à se jouer sous nos yeux.

Les liens

Le blog de Dominique Seux

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.