Ce matin, vous voulez rappeler aux auditeurs -notamment aux jeunes qui réfléchissent à leur orientation- que l’innovation existe aussi ailleurs que dans le secteur numérique.

On pense souvent que seul tout ce qui touche à Internet est porteur d’innovation, d’intelligence, de créativité. Beaucoup de jeunes, par exemple, ne pensent qu’au numérique quand ils cherchent un métier qui va évoluer et les faire évoluer : et c’est vrai qu’on parle de quoi tous les jours ? Des objets connectés, du cloud (du nuage) informatique, des smart phones dernier cri, de la Google car, bref de la high-tech. Or, rien de plus faux. Je vais citer (rapidement) trois innovations annoncées ces derniers jours dans des secteurs nettement plus traditionnels.

La première est une innovation commerciale.

C’est La Poste qui a en parlé mardi, c’est le concept du pickup store qu’elle a ouvert à la gare Saint-Lazare, à Paris, comme dans cent autres gares ou stations de métro. C’est simple : c’est une consigne qui permet de récupérer les objets que vous avez commandés par téléphone ou Internet. Vous en avez assez d’attendre qu’on vous livre chez vous, vous prenez ce que vous avez acheté en revenant du travail. L’e-commerce est le point de départ mais c’est une idée commerciale de base. On réinvente la bonne vieille consigne, il fallait y penser !

Deuxième innovation, marketing cette fois.

La mode de la barbe de trois jours (ou plus) concerne un homme sur cinq. Catastrophe pour les fabricants de rasoirs, comme Bic ou Gillette, qui ont réagi en « montant en gamme », en inventant des produits plus sophistiqués. Bic a ainsi lancé ces jours-ci aux Etats-Unis le Flex 5, son premier rasoir jetable cinq lames pour mieux épouser les formes du visage. C’est ridicule ? Non, car les ventes de Bic grimpent malgré l’intérêt croissant des plus jeunes pour la pilosité faciale, c’est bon pour les emplois – d’abord en Grèce puisque Bic y fabrique ses rasoirs.

Troisième exemple : une innovation industrielle.

Au fin fond de la Chine il y a quelques jours, Michelin a présenté la dernière version de son pneu qui ne crève pas, ou auto-réparant, dit SelSeal, qui sera commercialisé cette année en Europe. Grâce à un composé de gomme inédit, ce pneu bouchera tout de suite un trou qui toucherait la bande de roulement, soit environ 90 % des cas de crevaisons lentes. Plus de roue de secours, donc moins de poids, donc économie de carburant. Evidemment, c’est surtout dans les pays où les routes sont mal entretenues que ce pneu devrait faire un tabac.

Donc, trois exemples, pour démontrer... quoi ?

On aurait pu en prendre cinquante autres. Cela paraît anecdotique peut-être, inutile peut-être, penseront certains ... Pour rappeler que l’industrie, que les services, sont porteurs d’innovations qu’il ne faut pas négliger. Il n’y a pas que Google, Apple et le numérique où tout le monde se précipite ! Dans les secteurs plus traditionnels, les entreprises ont parfois du mal à recruter ; eh bien il y a des postes à prendre et intéressants.

Les liens

Le blog de Dominique Seux

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.