L’édito éco de Dominique Seux. Un édito un peu particulier ce matin : Les Echos, votre journal, célèbre ses … 110 ans.

1908-2018
1908-2018 © Seux

Oui, il est né en 1908 dans une forme bien différente de ce qu’il est aujourd’hui. Ce titre est de fait désormais un des plus anciens de la presse française. Il a été le premier média économique créé dans notre pays et avec l’ambition, petit à petit, de publier des informations économiques et pas seulement des réclames. 

En préparant un numéro spécial paru ce matin, j’ai découvert des choses étonnantes. A l’époque, il était courant chez ses concurrents de se faire payer pour ne pas parler de certains événements ou entreprises. Incroyable. 

Mais j’ai surtout redécouvert de vraies similitudes entre les questions que l’on se posait au début du XXème siècle et aujourd’hui. Il y a 110 ans, c’était la fin de ce que l’on a appelé la première mondialisation et Les Echos, qui s’appelait précisément Les Echos de l’exportation, en parlait beaucoup. L’expansion, alors, était générale, mais le retour des peurs, des nationalismes et du protectionnisme a conduit à deux guerres et à une longue stagnation jusqu’aux années 50. 

Commence alors la deuxième mondialisation, bénéfique pour tous, qui a accompagné en France et en Europe nos Trente Glorieuses. Puis à partir des années 80, voilà la 3ème mondialisation, plus brutale, financière, inégalitaire, avec l’arrivée de la Chine, provoque le retour des nationalismes et des demandes sécuritaires et identitaires que l’on connaît maintenant. Avec un grand doute des peuples sur leurs élites classiques qui les conduit à parfois choisir des dirigeants dits illibéraux, nationalistes et autoritaires. 

Nous sommes clairement en plein dedans.  

L’histoire y compris économique, un éternel recommencement ? On espère que non pour l’Histoire avec un grand H. Et puis, il ne faut pas oublier qu’il existe de solides différences entre 1908 et 2018 : l’espérance de vie, ici, est passé par exemple de 45 à 82 ans. Le revenu par tête a été multiplié par sept. 

Au fond, ce qui frappant est qu’il y a effectivement des cycles -on vient d’en parler- mais que toute notre histoire économique avance sans savoir vraiment où elle va. En un siècle, l’agriculture (le travail de la terre) a été bousculée par l’industrie (c'est le travail de la matière avec des machines), elle-même ensuite dominée par les services (le travail du lien social, matériel ou immatériel). 

Aujourd’hui on ne sait absolument pas où nous mènera la révolution de l’Intelligence artificielle qui consiste à tout simplement remplacer nos … cerveaux. Nous sommes à la fois proche et loin de 1908. Bon anniversaire aux Echos !

L'équipe
  • Dominique SeuxDirecteur délégué de la rédaction des Echos et éditorialiste à France Inter
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.