Le compte personnel de formation, tout le monde en a un. Il s’agit d’un compte qui regroupe vos droits à la formation professionnelle en fonction de vos années de travail et qui vous suivra jusqu’à la retraite. Il est libellé en euros et une heure de cours correspond à 15 euros.

Un salarié et sa tirelire au travail
Un salarié et sa tirelire au travail © Getty / Pattanaphong Khuankaew / EyeEm

J’ai vérifié hier et je vous l’annonce : je suis riche d’environ 3.600 euros sur mon compte de formation. Evidemment, je ne pourrai pas m’acheter le dernier iPhone avec cet argent. En revanche, je pourrai passer un CAP de pâtissier, un permis de conduire poids-lourd, prendre des cours de russe ou plus probablement, des leçons d’expression à la radio dans une école de journalisme. Au choix. Et si je n’ai pas assez pour le diplôme de mes rêves, je peux toujours rajouter de ma poche. En clair, c’est une réforme qui fait confiance aux individus. Ils sont mieux placés que leur employeur pour décider de ce qui leur convient, même si c’est leur entreprise qui finance.   

Comment doit-on faire pour bénéficier de ces heures de formation ?   

La grande nouveauté, c’est que le 1er décembre, le gouvernement sortira une application pour smartphones qui vous permettra de choisir parmi trois mille possibilités. Il s’agira d’une sorte de AirBnB de la formation professionnelle. Il sera en effet possible de choisir un cursus, de le noter et de laisser une appréciation écrite. Il y aura donc les formations avec une, deux, trois étoiles ou plus, en fonction de leur succès auprès des personnes formées. 

Reste à savoir si, dans cette jungle, ce système de notation va rendre les choses un peu plus claires. C’est en tout cas l’objectif : aiguiller petit à petit les Français vers les meilleurs diplômes. 

Mais pour l’instant, à peine deux millions de Français ont utilisé leur compte personnel de formation

C’est pourquoi le gouvernement va lancer une grande campagne publicitaire pour toucher les 33 millions de Français utilisateurs potentiels de cette application. Un budget publicité de plusieurs millions d’euros est prévu. Des spots seront diffusés à la télévision aux heures de grande écoute et sur les réseaux sociaux. Bref, l’Etat veut absolument que les Français s’emparent de cet outil. Et il a entièrement raison puisqu’il s’agit de l’avenir professionnel de chacun d’entre nous à l’heure où le travail est bouleversé par le numérique.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.