Le débat monte sur le port du masque en entreprise. Le gouvernement y réfléchit. D'abord, pourquoi ce débat vient-il maintenant ?

Après avoir rendu le masque obligatoire dans les restaurants et les aéroports, puis les magasins, puis dans certaines rues de certaines villes, le gouvernement s’interroge logiquement sur les entreprises
Après avoir rendu le masque obligatoire dans les restaurants et les aéroports, puis les magasins, puis dans certaines rues de certaines villes, le gouvernement s’interroge logiquement sur les entreprises © Getty / Luis Alvarez

Nous sommes à un moment où l'épidémie semble reprendre, et l'entreprise semble être de plus en plus un lieu de contamination.
Sur les 600 foyers ou identifiés par l'Agence nationale de santé publique depuis mars, 22% sont localisés en entreprise. Et cette proportion a tendance à s’accroître, puisque le poids des entreprises dans les clusters détectés récemment grimpe à 29%. Alors même que beaucoup d'entreprises sont fermées ou tournent au ralenti pour cause de vacances.
L'inquiétude monte sur ce qui pourrait se passer à la rentrée.

Pourquoi le virus s'épanouit-il en entreprise ?

C'est l'un des principaux lieux de la vie sociale. C'est donc l'un des principaux endroits où on rencontre des gens, qui vont ensuite ailleurs avec peut-être un petit virus qu'on leur a transmis sans même s'en rendre compte.
Après avoir rendu le masque obligatoire dans les restaurants et les aéroports, puis les magasins, puis dans certaines rues de certaines villes, le gouvernement s’interroge logiquement sur les entreprises. 

Faut-il alors rendre le masque obligatoire en entreprise ?

Comme il semble de plus en plus clair que le masque est utile pour lutter contre la diffusion du virus, en particulier dans les lieux fermés comme les bureaux ou les usines, il faut sans doute que le gouvernement donne un signal clair, plus incisif.
Mais ça serait stupide de décréter le port du masque obligatoire dans toutes les entreprises du pays.
A l'étranger, cette obligation a toujours été décidée sur une base locale : dans l'Etat du Minnesota aux Etats-Unis, la ville d'Auckland en Nouvelle-Zélande, l'Etat du Victoria en Australie.
En France, il n’y a aucune raison pour que la même règle soit appliquée dans une ville où le virus galope et dans une autre ville où on n’a pas vu un malade depuis deux mois.
La décision doit être prise localement, en tenant compte des avis des salariés et des dirigeants.

Pourquoi est-ce différent du masque obligatoire dans les lieux publics? 

Justement parce qu’on est dans un lieu privé.
Il est sans doute souhaitable que le masque soit porté plus souvent dans les entreprises, au-delà des mesures déjà imposées par de nombreux employeurs comme ici à Radio France.
Mais pour que le masque soit vraiment porté dans un lieu privé, il ne suffit pas de le rendre obligatoire. Il faut aussi le rendre acceptable, voire souhaitable. Et donc discuter au lieu d’imposer. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.