François Hollande en Californie
François Hollande en Californie © Reuters
**Vous revenez sur [le déjeuner qui a réuni, hier à San Francisco, François Hollande et les patrons des géants d’Internet comme Google, Facebook et Twitter.](http://www.franceinter.fr/depeche-hollande-vrp-de-la-start-up-republique-a-san-francisco-0)** Le principe même de cette rencontre est très intéressant. On en a beaucoup parlé en France parce que des sujets qui fâchent sont sur la table et c’est normal qu’ils le soient : la scandaleuse évaporation fiscale qu’organisent ces groupes américains pour payer le moins d’impôt possible ici ; le sujet considérable de la protection et de la confidentialité des données. Mais au-delà, l’image reste quand même celle du président de la 5ème puissance mondiale qui traverse les Etats-Unis pour rencontrer ce que l’on a envie d’appeler les nouveaux maîtres du monde. On ne se souvient pas qu’un dirigeant français ait déjeuné avec les industriels de l’automobile ou de la pharmacie ! S’il le fait, ce n’est pas seulement pour rajeunir son image. C’est bien parce que, président comme simple citoyen, nous ressentons tous la même chose : la vague de la révolution numérique est immense, et elle ne fait que commencer. A votre micro, Patrick, l’acteur Vincent Lindon disait il y a peu je crois : il y a eu le feu, la roue et Internet ... Bon, il y a eu l’écriture et l’électricité. Mais c’est vrai que l’avenir s’écrit en accéléré dans le numérique. Le fondateur de Skyrock, Pierre Bellanger, bon expert, le dit autrement : on vivait tous dans un aquarium, chacun dans son monde, eh bien l’aquarium a été plongé dans l’océan du monde. On découvre petit à petit à quel point tout change. **Tout change, c’est-à-dire, jusqu’où ?** Il suffit – pour ceux qui ont de la mémoire – de se souvenir du premier téléphone portable, le Radiocom 2000, aussi lourd qu’une valise. C’était en 1986. Nous sommes en 2014. Réalisez le chemin parcouru entre ces deux dates. Et projetez-vous maintenant dans 25 ans pour imaginer ce qu’il y aura ! Impossible. Sur le plan économique, la vague numérique bouleverse un à un les secteurs, les métiers. La technologie passe comme un rouleau compresseur sur la musique, les films, les télécoms, La Poste, le commerce. Et la vague qui arrive, c’est celle de l’économie du partage. Partage des voitures : le patron de Blablacar, six millions d’inscrits, est dans la délégation de François Hollande. Partage du logement avec Airbnb. Si on regarde ensuite les entreprises, la question qui se pose à elles en ce moment est de savoir si le développement numérique est une branche nouvelle d’activité ou doit être le cœur de toute l’entreprise. **Dans nos vies personnelles, le choix est souvent fait ...** Une étude publiée hier par le cabinet spécialisé GfK indique que nous avons, en France, en moyenne quasiment six objets connectés par foyer. Ordinateur, smart-phone, tablette, TV connectée etc et il s’est vendu 16 millions de smart-phones l’an dernier. Et le temps passé sur les seuls smart-phones qui n’existaient pas il y a cinq ans dépasse largement désormais une heure par jour. C’est cette accélération, ces promesses et ces inquiétudes qu’est allé découvrir François Hollande. On peut ironiser sur le fait sur le fait que, hélas, l’Europe est seulement spectatrice de cette révolution. Mais si le président revient avec quelques idées pour la France, on ne dira pas non. ## Les liens [Le blog de Dominique Seux](http://blogs.lesechos.fr/dominique-seux/dominique-seux-r59.html)
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.