Les taxis sont en grève aujourd’hui, à la fois contre la hausse de la TVA et la concurrence de nouveaux opérateurs.

cinq syndicats de taxis appellent à manifester lundi contre les vtc
cinq syndicats de taxis appellent à manifester lundi contre les vtc © reuters
Oui, mais on ne va pas ce matin redire que cette concurrence est nécessaire parce qu’il y a moins de taxis en France et à Paris notamment qu’à Londres et New York. Que les pouvoirs publics ont longtemps protégé une rente parce qu’il n’est jamais bon de se mettre à dos les chauffeurs de taxi, vecteurs d’opinion comme les médecins et les coiffeurs. Mais cela, tout le monde le sait depuis longtemps. Le point intéressant est qu’en réalité le sujet est presque derrière nous, il appartient peut-être déjà au passé. Pourquoi ? A cause du succès phénoménal depuis trois ans des offres alternatives aux taxis traditionnels. Et c’est une nouvelle démonstration de la façon dont la technologie bouleverse chaque secteur économique les uns après les autres.**On a des données récentes sur la réalité du marché.** Données publiées par l’Autorité de la concurrence juste avant Noël et donc tombées dans un trou médiatique. On sait qu’il y a environ 50.000 taxis sur l’ensemble de la France dont 20.000 à Paris, c’est-à-dire moins que dans les années trente. Mais on apprend dans ce document que fin décembre, il y avait aussi 12.400 voitures qui font à peu près le même travail, dont la moitié à Paris. Ce sont ce qu’on appelle les VTC, véhicules de tourisme avec chauffeur. Il y en avait zéro il y a trois ans et çà grimpe chaque mois. Ces VTC n’ont pas le droit de prendre des clients qui les hèlent dehors, d’un trottoir, mais ils fonctionnent par réservation téléphonique et Internet. La seule contrainte est qu’il y ait un quart d’heure entre la réservation et la course. Ce sont donc des milliers et des milliers d’emploi qui se créent, avec des poids lourds du secteur comme Uber, LeCab, Allocab ou Chauffeurs privés. On peut évoquer aussi les motos-taxis.**Le problème est donc réglé ?** Il est en train de se régler. Contrairement à ce que l’on dit, Nicolas Sarkozy Sarkozy n’a pas enterré le rapport Attali sur ce point, il a pris, en 2009, un autre chemin que d’augmenter frontalement le nombre de taxis. Il a rusé et cela marche. Alors, les VTC souffrent des bâtons dans les roues mis par Manuel Valls qui a écouté le lobby des taxis, mais pas tant que cela. Les taxis traditionnels se sont piégés eux-mêmes en restant arc-boutés sur l’encadrement de leurs prix (+ 36% en dix ans) et une grille tarifaire qui fait qu’un tiers d’entre eux attendent dans les aéroports parce que c’est plus rentable.**C’est la technologie qui a tout fait basculer ?** Oui. Comme pour la musique hier, la distribution aujourd’hui, l’enseignement peut-être demain avec les cours en ligne. Pour le transport, les Applis sur smart-phone changent la donne (y compris pour le covoiturage avec BlablaCar) et cela va continuer. Tout cela, cher Patrick, je le dis d’autant plus de sérénité que ma tête est moins connue que celle d’André Manoukian, que nous sommes à la radio, et donc qu’aucun chauffeur de taxi ne me reconnaîtra ! Je plaisante bien sûr J **► ► ► LIRE | ** [Pourquoi les taxis font grève lundi](http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/20140112trib000808973/pourquoi-les-taxis-font-greve-lundi.html) ## Les liens [Le blog de Dominique Seux](http://blogs.lesechos.fr/dominique-seux/dominique-seux-r59.html)
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.