La Grèce demande la création d’un passeport vaccinal européen. A court terme, il va s'imposer aux frontières, d'abord sous la forme d'une obligation de test puis vaccinale. A l'intérieur des frontières françaises, cela viendra mais dans plusieurs mois.

Bientôt un certificat de vaccination pour pouvoir voyager ?
Bientôt un certificat de vaccination pour pouvoir voyager ? © Getty / ArtistGNDphotography

Le point intéressant est que la totalité des responsables politiques français y sont farouchement opposés, mais de plus en plus de pays mettent les pieds dans le plat.

Il y a quelques jours, Israël a créé un passeport vert. Personne n’est obligé de se vacciner, mais si vous l’êtes, vous pourrez aller dans les restaurants et les salles de spectacle quand ils rouvriront, et pas de quarantaine pour vous quand vous revenez de l’étranger. 

Hier, le Premier ministre grec a donc écrit à la Commission européenne pour proposer la création d’un passeport européen facilitant les déplacements, notamment aériens aux voyageurs vaccinés contre le Covid. On n’a pas le détail, mais on l’imagine : si vous n’êtes pas vaccinés, les voyages sont plus compliqués (vous perdez du temps à faire un test, à attendre le résultat etc). Si vous êtes vaccinés, tout va vite. Le Premier ministre grec pense bien sûr à l’été prochain, à la saison touristique très importante pour son pays. 

L’idée va-t-elle s’imposer ? 

Certains pays sont tentés, l'Espagne, la Belgique. 

Pour les scientifiques, il faut attendre d'en savoir plus sur la contagiosité (ou pas) des vaccinés. C’est sûr, pour le transport aérien international, l’idée va s'imposer – chacun d’entre nous a déjà montré ses certificats de vaccination à une frontière-, d'abord avec l'exigence d'un test. 

A l'intérieur de la France, rares sont les voix qui défendent le certificat vaccinal : le Medef voudrait réserver l’entrée dans les salons professionnels aux personnes vaccinées (et après tout, personne n’est obligé d’y aller). 

Mais jamais un restaurant ou un théâtre n'imposera à ses clients d'être vaccinés - il perdrait tous les autres. Même si, en ce moment, ils pourraient se dire : mieux vaut quelques clients qu'être fermés. 

Alors ? Si l’idée du passeport était remise sur la table aujourd’hui, elle rendrait fou des Français qui n’ont pas accès au vaccin et d'abord tous les moins de 50 ans qui ne l'auront pas avant des mois. Mais on peut prendre le pari que le débat ressurgira quand tout le monde se sera vu proposer d'être vacciné parce que tout simplement, tout le monde voudra reprendre une vie sociale et économique (presque) normale.

L'équipe
  • Dominique SeuxDirecteur délégué de la rédaction des Echos et éditorialiste à France Inter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.