A la lecture de ce document de l’Organisation internationale des pays développés (basée à Paris), on se dit que l’Europe a envoyé, avec ce robot projeté à 500 millions de kms, un formidable démenti à ceux qui veulent l’enterrer un peu vite. Car les chiffres sont cruels. L’OCDE montre que cette année, la Chine consacrera davantage d’argent à la recherche développement que l’Europe des Vingt-huit. C’est un tournant évidemment considérable. Si on poursuit les courbes, calcule l’Organisation dans ce rapport, les dépenses de R&D chinoises pourraient doubler celles des Etats-Unis à l’horizon 2019 - demain matin.Philae, en fait, cache une recherche qui souffre en Europe… En réalité, la crise économique a comprimé, et comprime encore, les budgets de R&D dans tous les pays développés, en Europe, mais aussi aux Etats-Unis et au Japon. Le nombre de brevets et de publications scientifiques se tasse, ce qui laisse le champ libre à la Chine. En dix ans, la part des pays de l’OCDE dans la recherche mondiale est passée de 90 à 70%. Il n’y a rien d’extraordinaire à cela : les finances publiques des Etats sont en difficulté, et les entreprises privées ont ralenti leurs dépenses d’investissement. En clair, la sonde Rosetta a été lancée il y a dix ans, on ne sait pas si elle le serait aujourd’hui. Ce que l’on a vu hier montre en tous cas que le jeu en vaut la chandelle !Bon, mais ce type d’analyse ne mélange-t-il pas les choux et les carottes ? Tout et tout le monde ne se vaut pas en recherche … Vous avez raison. Même de plus en plus nombreux, les chercheurs chinois ou brésiliens sont très loin d’avoir le niveau de leurs homologues des pays développés. C’est vrai. Mais on aurait tort, dit l’OCDE, de s’arrêter à cela. Avec le numérique, l’accès aux inventions et aux innovations est plus facile, plus rapide et moins cher. Le haut débit fait faire des bonds de géant à des générations de chercheurs. Et regardez : Pékin a annoncé hier le lancement, avec les Russes, d’un concurrent à l’A350 d’Airbus d’ici moins de dix ans. Quels sont les prochains domaines de découvertes espérés ? Ces dernières années, on a eu des découvertes dans la lutte contre le changement climatique (énergie électrique, véhicules hybrides), avec de nouveaux procédés de fabrication d’une manière générale (matériaux composites, impression en 3D), dans le domaine de l’information (gestion des méga-données). Demain, c’est de la convergence des sciences du vivant, des nanosciences, des sciences cognitives et du numérique que débouchera la prochaine révolution industrielle.Ces classements cachent en fait une excellente nouvelle. Le nombre de chercheurs qui grossit par millions, c’est l’assurance de découvertes scientifiques et technologiques dans tous les domaines qui explosent dans les années qui viennent.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.