Vous revenez sur la COP21. Qu’est-ce que l’accord conclu samedi soir change pour l’économie ?

Sans doute énormément de choses et l’accord à 195 pays l’a confirmé - tous les piliers sur lesquels nous sommes assis depuis le début de la seconde révolution industrielle sont déjà un peu et vont être bien davantage bousculés à l’avenir. Mais, et c’est la grande question, on ne sait pas à quelle date et à quel rythme cela changera profondément l’économie - c’est la faille de l’accord. Une faille que regrettent une partie des milieux économiques (même si cela étonne des auditeurs), (milieux) qui réclament de la visibilité pour changer leurs modes de consommation d’énergie. Il y a un indicateur qui soulignera aujourd’hui ce paradoxe que je viens d’évoquer : les valeurs en bourse des grandes industries pétrolières, gazières, Exxon, Shell, Total etc, à New York comme à Paris, ne devraient pas plonger - sauf surprise. Plonger, cela aurait été le cas si les investisseurs pensaient que le monde a changé depuis ce week-end. Cela dit, ce qu’il faut retenir, c’est le signal : le texte promet un monde à zéro émission carbone, certes pour l’après-2050, mais il l’évoque. Traduction : dès maintenant, les actifs fossiles sont dépréciés – et vous savez que dans ce domaine les investissements se font à très long terme.

Et cela a des conséquences…

Oui, cette indication envoie deux messages à effet immédiat. Un aux entreprises et aux ingénieurs: innovez dans les énergies nouvelles, c’est ce qui sera payant ; et un message aux pays pétroliers: le prix du pétrole est bas, dès que vous le remonterez, vous creuserez votre tombe.

Mais, donc, à quelle vitesse peut se faire le basculement vers une économie moins carbonée ?

Cela irait -aurait été- plus vite s’il y avait eu un prix donné au carbone, comme le réclamaient les économistes et les entreprises. Mais je vais vous dire : cela dépendra des innovations et aussi, hélas, de l’ampleur des dégâts du réchauffement que nous aurons sous les yeux –parce que +2°, c’est encore 1° au-dessus d’aujourd’hui. Au total, la COP21 propose au monde un itinéraire bis pour éviter un gros bouchon sans obligation et sans grand ralentissement. On verra ce qu’il choisira.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.