La Cour des comptes a publié hier une analyse sur la transformation de La Poste.

On a eu envie d’en parler ce matin parce que la Cour des Comptes salue l’évolution de La Poste, fait des compliments – et je vous assure que c’est rare de sa part. Je suppose que le patron de l’entreprise, Philippe Wahl, a bu du petit lait en lisant le rapport. Sa réussite est que le métier historique de l’entreprise, la distribution du courrier, est en récession historique, et elle a tenu. Je cite : « ces efforts doivent être relevés », souligne la Cour. La Poste, plus de 250.000 salariés, est le deuxième employeur public de France après l’État, mais la baisse du courrier lui fait perdre beaucoup d’argent chaque année. Pour être très concret, entre 2007 et 2015, le volume du courrier est passé de 18 milliards d’objets à 12 milliards. Et on file tout droit vers les 9 milliards. L’entreprise, du coup, s’est développée dans deux autres secteurs, la banque -avec la Banque Postale- et la livraison de colis express en France et à l’étranger, deux activités qui représentent désormais la moitié du chiffre d’affaires. Il faut saluer le succès, par exemple, de la filiale colis, Géopost, qui est le numéro deux du colis express en Europe - en France sous la marque Chronopost. Bref, l’entreprise s’est secouée et, du coup, est financièrement équilibrée. Mais les mutations sont lourdes : quel est et de loin le premier client de La Poste aujourd’hui ? Le savez-vous ? C’est Amazon.

Cela dit, la Cour des comptes reste la Cour des comptes, et elle ne dit pas que tout est rose.

Ce serait quand même difficile. Elle rappelle d’abord que le fameux crédit d’impôt compétitivité, le CICE, donne un gros coup de pouce au résultat de l’entreprise, 340 millions par an. C’est le plus gros bénéficiaire en France. Elle pointe, la Cour, l’absentéisme des facteurs, 50 % plus élevé que celui des ouvriers du secteur privé. Elle râle encore, la Cour, contre un retard de La Poste sur le numérique, Internet. Elle relève enfin que les nouveaux services sur lesquels il y a beaucoup de communication, les permis de conduire, l’aide aux personnes âgées etc., sont bons pour l’image, mais ils restent embryonnaires. Bref, rien n’est gagné. Mais on va plutôt garder en mémoire les compliments et pour une fois se réjouir des courriers qui arrivent à l’heure.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.